Le fonds Acasa de la CDG en voie de liquidation

Le gestionnaire, CDG capital private equity, vient d’annuler un paquet d’actions d’un montant de 28 MDH. Le fonds avait des participations dans une dizaine de sociétés.

Acasa, un des premiers fonds d’investissements créés au Maroc, arrive presque en fin de parcours. En effet, CDG capital private equity, filiale de CDG Capital et gestionnaire de ce véhicule appartenant au groupe CDG, vient de réaliser une troisième réduction de capital destinée à restituer les fonds apportés par les actionnaires avant de procéder à une liquidation définitive prévue en fin 2013 ou début 2014 au plus tard. En plus du groupe CDG, l’actionnariat est composé d’Axa Assurances, de CNIA Saâda, de Wafa Assurance et de la Caisse de dépôt et de placement du Québec, qui avait souscrit en 2002 à un capital initial de 300 MDH.

Plusieurs autres fonds en cours  de désinvestissement

L’opération a été matérialisée par l’annulation d’actions pour un total de 28 MDH, ce qui ramène le capital d’Acasa à 21 MDH seulement. Elle fait suite à la cession par ce fonds, en octobre 2012, de sa participation de 11,4% dans Newrest Maroc Services, société contrôlée par le leader européen de la restauration collective, Newrest, et au capital de laquelle il avait pris part en février 2007.

Durant sa phase d’investissement achevée en fin 2007, Acasa a réalisé une dizaine de prises de participations dans Sanash (importateur-revendeur de coffres-forts), Newrest Maroc, Hightech Payment Systems (éditeur marocain de solutions monétiques), Aéronautique Sefcam (sous-traitant aéronautique), Finapack (fabricant d’emballages en carton devenu International Paper), Aixor (holding multimétiers) et Juice & Nectar Partners (fabricant de jus de fruits).

Outre Acasa, plusieurs fonds d’investissement marocains sont actuellement en phase de désinvestissement et cherchent activement à céder leurs participations dans un contexte difficile où les sorties boursières, qui constituent les voies de désengagement par excellence, sont devenues de plus en plus hypothétiques. Certaines ont même dépassé, à coup de prorogations, la durée de vie limite convenue avec les bailleurs de fonds et habituellement fixée à dix ans. Il en va de même de Maghreb Private Equity Fund I (géré par Maroc Invest), Capital Morocco (géré par Capital Investments) ou encore Moussahama I (géré par Upline Gestion).