Le diesel 50 ppm ouvre la voie à  l’importation de modèles jusque-là  inexistants au Maroc

Des moteurs trop sophistiqués ne pouvaient supporter le carburant à  teneur élevée en soufre.
Porsche Cayenne, Mazda 5 et 6, Chrysler 300, et Jaguar XF 3l bientôt sur le marché.

Bientôt deux mois maintenant que le diesel 50 ppm est en vente dans les stations-service. Présenté essentiellement comme étant un carburant bien plus propre que ses prédécesseurs, le gasoil normal (10 000 ppm) et les 350 ppm, ce nouveau diesel, parce que à plus faible teneur en soufre, pourrait constituer un facteur de mutation du parc automobile au Maroc.
D’ailleurs, certains importateurs de véhicules neufs s’en réjouissent déjà. «Nous ne pouvions pas importer certains modèles de véhicules équipés de motorisations plus sophistiquées», explique, en effet, l’un d’entre eux. Il en va ainsi de la Chrysler 300 C. Ce modèle, s’il pouvait «supporter» l’essence sans plomb, ne disposait pas, en revanche, d’un filtre suffisamment performant pour le diesel classique. Par conséquent, les clients qui optaient pour ce modèle étaient obligés de changer régulièrement leur filtre.

Pas d’impact sur le segment des citadines…
Faute de carburant adapté, les importateurs de Mazda, eux aussi, ne proposaient que les motorisations  essence tandis que Jaguar se contentait d’une offre limitée. «L’offre qui était réduite pourra, à présent, couvrir l’ensemble du marché largement dominé par le diesel», se réjouit Youssef Bennani, directeur de Jamaa Auto, importateur de la marque Mazda. Ainsi, la marque japonaise pourra dorénavant proposer la Mazda 3, 5 et 6 ainsi que son 4X4 le CX 7 en motorisation diesel. Porsche proposera également son 4X4, le Porsche Cayenne, en diesel dès le 19 mars. La marque Jaguar, pour sa part, table sur un accroissement de ses ventes de 10 %, dès le lancement de son modèle XF 3 litres au début du mois de mai.
«Il est évident que l’arrivée du diesel 50 ppm va reconfigurer le marché», s’accordent à affirmer certains experts. D’autres, par contre, continuent à soutenir que ce carburant ne pourra pas réellement donner un coup de fouet aux ventes automobiles si, de l’autre côté, il n’y a pas une évolution favorable des prix.
Il y en a aussi qui pensent que le diesel 50 ppm n’aura d’impact que sur les véhicules moyen et haut de gamme. Les moteurs roulant exclusivement au 50 ppm étant forcément plus élaborés et donc plus chers, le surcoût pourrait être un frein pour les petits budgets au moment où la clientèle portée sur les grosses berlines n’hésitera.