Le démantèlement de la BNDE coûtera 2 milliards de DH

L’Etat supportera 70 % et la CDG 30 %

Le Crédit agricole achète le siège de la BNDE et les 20 agences.

L’opération d’assainissement et de cession partielle des actifs de la BNDE coûtera près de 2 milliards de DH qui seront supportés à hauteur de 70 % par l’Etat et de 30 % par la CDG, suivant leur quote-part au capital. Plusieurs facteurs ont milité pour un redéploiement plutôt qu’une liquidation de la banque. Parmi ces facteurs, «la récupération de l’investissement de la CDG et de son encours, lequel se chiffrait à 1,6 milliard de DH et la valorisation des actifs de la banque dont son fonds de commerce et son capital humain», a expliqué Mustapha Bakoury, Dg de la CDG, dans un point de presse organisé mardi 18 janvier. Le plan de redéploiement a également, pour objectif de minorer le ticket de sortie de l’activité de banque commerciale.
Mais que restera-t-il de la BNDE ? L’entité juridique deviendra la banque d’affaires de la CDG regroupant les métiers de la finance comme CD2G ou encore Safabourse, qui sera opérationnelle à la fin du premier trimestre 2005 et sera logée dans le nouveau siège mitoyen à celui de la CDG. Pour rompre avec un passé peu glorieux, sa dénomination sociale et son identité visuelle seront changées.

Sur les 342 employés de la BNDE, la banque d’affaires en création n’en gardera que 30
L’ex-siège de la BNDE à Rabat est, quant à lui, passé sous les couleurs du Crédit agricole qui l’a racheté, ainsi que les murs des 20 agences, pour 160 MDH. Tarik Sijilmassi, président du directoire du Crédit agricole, déclare que la reprise de la BMAO et des agences de la BNDE s’insère dans le développement stratégique de la banque. Cette croissance externe portant sur l’achat de 40 nouvelles agences a permis au Crédit agricole de gagner près d’une année et demie par rapport à la politique d’ouverture menée en interne.
Ces agences demeureront pour le moment aux couleurs de la BMAO. La réflexion se poursuit quant au maintien ou non de cette enseigne.
Par ailleurs, le redéploiement du personnel de la BNDE est considéré comme une réussite. Sur les 342 personnes que comptait la banque d’investissement, il en reste 98, mais la banque d’affaires ne compte en garder que 30. Au total, il y a eu 120 départs négociés, 93 personnes sont reprises dans le cadre de la cession des agences et 24 redéployées au niveau du groupe CDG. Le sort des 7 autres n’a pas été précisé.
Enfin, le plan d’assainissement de la BNDE a porté aussi sur la cession d’autres d’actifs mobiliers et immobiliers, sur le traitement de la dette et sur la récupération des créances en souffrance.