Le CRI du Grand Casa répond à  vos questions

Je désire investir dans un projet touristique. Le terrain de notre projet se trouve sur le domaine forestier de Bouskoura. Que faire pour obtenir les autorisations nécessaires ?

Dans votre cas, il faut obtenir une autorisation d’occupation temporaire de parcelle dépendant du domaine forestier. En plus des opérateurs dans le domaine touristique, cette autorisation est indispensable dans la recherche et l’exploitation minière.
Les demandes d`autorisation d`occupation temporaire du domaine forestier sont déposées soit auprès du directeur régional des Eaux et forêts, soit auprès du chef du service provincial des Eaux et forêts dont relève le site, soit auprès du directeur du Centre régional d`investissement.
Le traitement des dossiers se fait dans un délai de 20 jours (lorsqu’il s’agit d’un projet touristique). Une commission, appelée «Commission administrative d’expertise forêts», est chargée d’étudier votre projet et d’évaluer le montant de la redevance. Cette instance est présidée par le gouverneur concerné et composée d’un membre de la délégation des Domaines, d’un représentant du directeur régional des Eaux et forêts, d’un représentant des Impôts, et d’un représentant des ministères du Tourisme et de l’Urbanisme.
Les autorisations d`occupation temporaire du domaine forestier dont le montant d`investissement est inférieur à 200 MDH sont délivrées par les walis de région dans le respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur. Au-delà de 200 MDH, le dossier relève de la Commission nationale des investissements.
Une fois donné, l’accord est notifié à l’investisseur afin qu`il accomplisse les formalités d`enregistrement et timbrage.
Les directeurs régionaux des Eaux et forêts sont chargés de l’exécution des dispositions des arrêtés d`occupation temporaire des domaines forestiers délivrés par les walis de région ou par le Haut commissariat aux Eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.

Une ceinture verte autour de Casablanca

Le Grand Casablanca compte plus de 4000 ha de forêts issues presque entièrement du reboisement. Un patrimoine non négligeable et qui constitue un véritable poumon pour la région. Les pouvoirs publics en sont conscients et c’est pour cela que, dans le cadre du Programme de développement régional du tourisme (PDRT), il a été prévu de mener une action de reforestation régionale par le biais de l’aménagement d’une «ceinture verte» autour de Casablanca.
Cette ceinture verte prendrait ainsi appui sur l’actuelle forêt de Bouskoura et s’émanciperait au nord-est vers Mohammédia et au sud-ouest vers Dar Bouazza, en cohérence avec les projets de développement de la station de Mazagan et le positionnement retenu pour l’ensemble du littoral entre Casablanca et El Jadida (golf, sport, santé).
Cette zone sera ainsi compatible avec des développements touristiques et immobiliers privilégiant l’environnement et la verdure et pourrait accueillir plusieurs complexes intégrés dotés de golfs.
Par ailleurs, la forêt de Bouskoura, lieu privilégié de sortie des familles casablancaises, bénéficiera, dans le cadre du PDRT, de l’aménagement de circuits pour piétons, de pistes cyclables et d’espaces pique-nique, du développement d’un nouveau parc zoologique pour remplacer celui d’Ain Sebaâ et d’autres installations.
A terme, et avec le développement de la ville, on envisage la création de nouveaux parcs d’attraction.