Le Conseil de la concurrence opérationnel dans une semaine

Une équipe de 8 experts spécialisés en économie et finance a été constituée.
Un budget de 7 MDH lui a été accordé pour une période transitoire.
Des études seront menées à  partir de janvier 2009.

C’est dans une semaine que doit avoir lieu l’installation officielle du Conseil de la concurrence. Son président, Abdelali Benamor, présentera, dans la foulée, son plan d’action au Premier ministre, Abbas El Fassi. Après quoi, explique M. Benamor, le conseil entamera une série de réunions avec les acteurs économiques, notamment la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), ainsi qu’avec les associations professionnelles, en vue de leur présenter le plan d’action et de les sensibiliser à l’importance du rôle de cette structure. Celle-ci a pour objectif à la fois d’assurer au consommateur national un bon rapport qualité/prix sur le marché local et la compétitivité au tissu économique national face à l’ouverture des frontières.
Pour ce faire, le conseil de la concurrence s’est entouré de compétences. Ainsi, une équipe de huit experts a été constituée, composée de docteurs en droit et en économie, d’anciens banquiers et d’un ex-directeur de la direction de la concurrence. Le conseil s’est entouré également de deux conseillers en économie et en concurrence, d’un secrétaire général, d’un rapporteur général et d’un directeur de la communication et de l’information. Trois adjoints à ces responsables ont été également recrutés. Par ailleurs, le bureau a été reconstitué, sachant que certains des membres du précédent conseil (qui n’a jamais fonctionné) ont été reconduits (voir encadré).
Le conseil sera en mesure de recevoir les dossiers à partir de janvier 2009. Mais, indique Abdelali Benamor, en attendant d’être saisi pour se prononcer sur un dossier en particulier, «nous allons lancer, durant sa première année d’activité, des études pour évaluer le niveau de concurrence dans divers secteurs».

L’expertise allemande sollicitée
Et c’est dans ce cadre qu’un accord de partenariat a été signé avec la Conseil de la concurrence allemand, en vue d’un échange d’expériences. Pour le moment, le conseil est en train d’aménager dans ses locaux provisoires, une villa à Rabat, en attendant d’avoir son propre siège. «Nous allons acheter un terrain à Rabat sur lequel sera construit le siège que nous partagerons avec l’Instance de lutte contre la corruption. Nous disposerons de services communs, notamment la bibliothèque et la salle de conférences», indique M. Benamor. Pour ce qui est des ressources financières, un budget de 7 MDH a été accordé au conseil pour une période transitoire.