Le cluster solaire débourse 2,24 MDH en soutien à  ses 5 premiers projets

Les projets retenus bénéficient d’une subvention de 250 000 à  500 000 DH. Le comité de sélection devait statuer sur 32 projets.

Lancé l’année dernière et soutenu par le Morocco Climate Innovation Center (MCIC), lui-même mis en place conjointement par Masen et la Banque mondiale dans le cadre de son programme Technologie climatique (CTP), le Cluster solaire a été inauguré jeudi 9 juillet. Mis en place pour soutenir le développement d’une filière industrielle solaire locale et compétitive, en droite ligne avec les objectifs du plan solaire intégré NOOR, le cluster solaire est au service des entreprises avec ses «Green business incubator», «Green business network», «Green business advisory» et «Green business booster». Ce dernier, programme d’accélération industrielle dédié aux entreprises marocaines porteuses de projets innovants dans les énergies renouvelables, vient de sélectionner ses premiers projets dans le cadre de la première édition du dispositif «Fast Track to Market» (F2TM) qui soutient financièrement les PME marocaines, à hauteur de 500000 DH et 50% du montant d’investissement du projet.

Sur les 32 projets reçus, portant sur divers domaines (énergie éolienne, biomasse, solaire thermique et photovoltaïque, eco-mobilité, efficacité énergétique), le comité de sélection, composé de représentants de l’ANPME, de la CCG, de la MASEN, de l’ADEREE et de la MAScIR, en a finalement retenu cinq. C’est ainsi que le projet de la société tangéroise Kauser Eco de chauffe-eau solaires à bas coût et fabriqués à hauteur de 70% au Maroc sera soutenu par une subvention de 250 000 DH. «Cette subvention va nous permettre de réaliser un prototype dans un délai de 12 mois», confie Adil Zekri, l’un des trois gérants de la société, créée en 2013.

Spécialisée dans l’installation de systèmes clés en main de biogaz, Biodôme Compost mettra quant à elle à profit sa subvention de 500 000 DH pour enclencher le processus industriel de son concept de compostage qui pourra équiper les grandes résidences ou les structures telles que les hôtels afin de traiter les résidus alimentaires. «Nous espérons commercialiser notre machine d’ici fin 2016. En attendant, nous avons d’ores et déjà identifié des clients potentiels, au Maroc et à l’étranger», déclare Fatima-Zahra Beraich, gérante de la société.

Quant à ERDK, société portée sur l’énergie solaire thermique, elle utilisera la contribution de F2TM d’un montant de 496 500 DH pour industrialiser la production de récupérateurs de chaleur et d’un produit d’isolation thermique innovant. Combinés aux chauffe-eau solaires développés par cette même société, ces produits entreront dans le concept de hammams écologiques. Enfin, le projet BeVar d’onduleur innovant pour le pompage solaire, porté par Lexis Engineering Systems et NRJ International, s’est vu accorder une subvention de 494000 DH alors que le projet SMO Thermo de traitement et valorisation de biomasse et de déchets par le solaire, que développent les sociétés PEPS (Maroc) et NST (France, Guadeloupe), bénéficie d’une aide de 500 000 DH pour se développer.