Le chiffre d’affaires des compagnies d’assurance a progressé de 3,5 % en 2005

Il a atteint 12,3 milliards de DH, pour l’essentiel grâce à la branche Vie.
La sinistralité au niveau de l’automobile stagne.

Les chiffres ne sont encore que provisoires, mais on retiendra que pour 2005, le CA du secteur de l’assurance a progressé de 3,5 % par rapport à l’année précédente, à 12,3 milliards de DH. Même si l’évolution est plus soutenue que durant la période antérieure (+ 1,6 % entre 2003 et 2004), elle se situe en deçà des prévisions des professionnels qui escomptaient une hausse de 5 %. L’essentiel de la performance revient à la branche Vie dont le CA a augmenté de 12% grâce à la bancassurance qui a été, à l’instar des trois exercices précédents, le moteur de la branche. Dans le même temps, la branche Non Vie ne progressait que faiblement.
Pour les professionnels, l’exercice 2005 est marqué par une nette amélioration de l’automobile et une aggravation de la sinistralité surtout au niveau de l’accident du travail. La FMSAR (Fédération marocaine des sociétés d’assurance et de réassurance) note également un redressement appréciable des recouvrements. Certaines compagnies ont pu ainsi encaisser jusqu’à 110 % de leur CA 2004.

Le secteur planche sur l’offre complémentaire AMO
Pour 2006, les résultats seront largement impactés par la libéralisation des tarifs devant entrer en vigueur en juillet de cette année. Sans oublier que le démarrage de l’AMO (Assurance maladie obligatoire), le 1er mars dernier, ne manquera pas d’avoir une incidence sur l’activité. N’intervenant pas dans le régime de base géré par la CNSS et la CNOPS, les compagnies vont plutôt intervenir au niveau des garanties complémentaires. Tous les assureurs de la place ont développé, ou s’y apprêtent, une offre dans ce sens.

Pour l’instant, elles se montrent discrètes et disent attendre de connaître «les tarifs de référence qui serviront de base pour les remboursements». Les négociations sur ce point se poursuivent entre l’Agence nationale de l’assurance maladie obligatoire (ANAM) et les prestataires de soins privés. Le dossier devrait être bouclé le 26 mars courant.
Pour d’autres assureurs, même si la Tarification nationale de référence est arrêtée, il sera impossible de dévoiler immédiatement leurs offres complémentaires car il faudra d’abord observer le démarrage et l’évolution de l’AMO.