Le business de la Omra se professionnalise

De nouvelles dispositions ont été mises en place par les autorités

Les agences proposent aujourd’hui des packages variés allant de 10 000 à plus de 40 000 DH.

Chaque année, à l’approche du mois de Ramadan, environ 20 000 Marocains, notamment les citadins, se dirigent vers les Lieux saints pour y accomplir la Omra, le «petit pèlerinage». Ce business qui générait beaucoup de problèmes entre agents de voyages et usagers semble aujourd’hui mieux encadré, si l’on se fie aux nouvelles dispositions instaurées par les autorités marocaines et saoudiennes.
Ainsi, outre le fait que l’agence de voyages est désormais un passage obligé pour le pèlerin, la demande de visa est soumise à l’accord préalable des autorités saoudiennes, via leur site internet, et l’obtention du visa est conditionnée par le paiement à l’avance de la facture relative aux prestations devant être fournies sur place par le réceptif saoudien. Ce qui suppose que l’agence organisatrice dispose d’une assise financière sérieuse.

Un quota de 600 personnes par agence de voyage
Par ailleurs, sans doute pour des raisons d’ordre et de sécurité, les autorités saoudiennes ont limité le nombre de visas à 600 par agent de voyage étranger et par période. Mais, pour le Maroc, la période d’affluence concerne essentiellement le Ramadan, dans la mesure où, comme le souligne Fouzi Zemrani, président de la FNAV (Fédération nationale des agences de voyages), l’organisation de la Omra est conçue aussi «comme une vitrine pour le Hadj (grand pèlerinage). L’agence qui veut se placer pour organiser le Hadj doit faire sa promotion en période de Ramadan, afin de mieux faire connaître ses services et ses prestations». D’où le fait que les agences de voyages(*), une quarantaine dans ce créneau, rivalisent actuellement pour proposer à leurs clients des packages adaptés à leurs besoins et à leurs capacités financières.
Globalement, on peut scinder l’offre en trois catégories de «produits Omra», dont le prix varie selon les prestations fournies. Il y a, en premier lieu, le package bon marché, dont le prix se situe autour de 10 000 DH, mais le voyage est rarement en vol direct, le logement est situé loin du Haram, souvent à plus d’un kilomètre, et les pensionnés sont logés à deux, trois ou quatre par chambre, voire plus.
On trouve ensuite le produit moyen de gamme qui coûte entre 15 000 et 25 000 DH, avec voyage vers Jeddah en vol direct et logement dans des hôtels classés trois ou quatre étoiles, situés dans un périmètres de 500 mètres autour du Haram. Toutefois l’hébergement est en chambre double, triple ou même quadruple. Le service peut aussi comprendre les transferts et une assistance durant le séjour aussi bien à la Mecque qu’à Médine. Dans ce cas de figure, et si l’hôtel est très bien situé et que l’on est en pension complète, les prix peuvent aller jusqu’à 40 000 DH.
Enfin, il y a également la Omra de luxe, avec vol en première classe, hébergement dans un hôtel 5 étoiles à proximité des Lieux saints, pension complète, déplacements en limousine, etc. A quel prix ? Il est, nous a-t-on dit dans une agence de voyages de la place, «en conséquence»…