Le «rechapé» au secours des gros importateurs de pneus

Impérial Pneu, un des plus importants opérateurs du marché, vient d’ouvrir une unité de rechapage.
Objectif : profiter du potentiel d’un marché évalué à  plus de 500 000 unités par an.

Une nouvelle tendance dans le secteur des pneumatiques ? Il semblerait en effet que oui. La semaine écoulée, Imperial Pneu a annoncé l’inauguration de sa nouvelle usine de rechapage de pneus sous la marque Goodyear. Au-delà d’un simple investissement, cette annonce vient surtout confirmer que les opérateurs du secteur se tournent vers de nouvelles niches pour faire face aux mutations du marché. En effet, depuis deux à trois ans déjà, les grands distributeurs de pneus neufs subissent une montée en puissance des petits importateurs non structurés lesquels menacent leur activité.

Ces petits distributeurs, dont les charges de fonctionnement sont infimes et qui sont pour l’essentiel non agréés par les grands constructeurs internationaux, ont recours à des négociants européens pour s’approvisionner à des coûts nettement plus bas. Face à cette situation, le chiffre d’affaires des plus importants importateurs tend à fondre comme neige au soleil. Ce qui les poussent à chercher des alternatives. Même s’il ne le confirme pas expressément, l’initiative d’Imperial Pneu semble s’inscrire dans cette logique.

8 500 unités seront produites par an

En tout, les ambitions sont clairement affichées : l’activité de rechapage devra représenter 5% des ventes totales en volume de la société qui vise la place de leader sur un marché estimé à 500 000 unités par an. A ce niveau, il y a lieu de préciser que l’attrait principal des pneus rechapés réside dans leur prix. Alors que le prix moyen d’un pneu neuf destiné aux poids lourds est évalué à plus de 6 500 DH, celui d’un pneu rechapé ne dépasse pas 2 500 DH. Qui plus est, ce dernier offre les mêmes garanties en matière de sécurité, selon la société. Pour profiter du potentiel de ce marché, Imperial Pneu a entamé la production de 30 pneus rechapés par jour, soit plus de 8 500 unités par an.

A l’horizon 2016, ces chiffres devraient être multipliés par quatre, selon Najib Bennani, son directeur général. Pour ce faire, l’entreprise a mobilisé un investissement de 20 MDH en fonds propres. Le projet permet de créer 80 emplois dont 20 directs. Goodyear international y contribue pour sa part dans la formation des équipes de techniciens marocains en France, et à l’initiation des différents opérateurs de cette usine à la nouvelle technologie utilisée.