Le 2ème terminal pétrolier du Maroc démarre à  Tanger Med le 9 février

19 bacs de stockage pour une capacité totale de 508 000 m3 et un volume annuel estimé à  4.5 millions de m3. Soutage des navires, trading et transbordement de produits raffinés sont les missions principales du terminal.

Après quatre ans de travaux sur l’immense chantier du port Tanger Med le maître d’ouvrage hollandais Litwin Bateman vient de livrer le terminal à hydrocarbures qui sera inauguré le 9 février prochain. Le développement de ce projet concédé par la Tanger Med special agency (TMSA) au consortium formé principalement par les groupes Horizon Terminals Ltd de Dubaï et le koweitien Independent Petroleum Group a nécessité une enveloppe de 1,5 milliard de DH, dont le tiers consacré au dépôt de stockage constitué de 19 réservoirs, le tout réparti sur 12 ha. D’un peu plus d’un demi-million de mètres cubes (508 000 m3), la capacité de stockage permettra d’élever à 60 jours de consommation de produits pétroliers l’autonomie du pays qui est aujourd’hui de l’ordre de 45 jours uniquement, compte tenu des capacités de stockage dont dispose le raffineur et les différents distributeurs. Le volume annuel stocké s’élèvera à 4 356 000 m3 dont 450 000 m3 seront destinés au marché local, la région Nord en particulier. Pourquoi si peu ? Tout simplement en raison de la consommation locale du pays. Le terminal pétrolier de Mohammédia pourvoyant raisonnablement aux besoins du pays. A noter que le gasoil et l’essence accapareront plus de la moitié de la capacité totale (53%) du nouveau terminal pétrolier. Quant aux fuels et aux additifs divers, ils occuperont respectivement 43% et 4%.

Une deuxième jetée sera mise en service après trois ans d’activité

Avec la mise en service de ce poste pétrolier, un des plus grands en Afrique, le Maroc se positionne d’ores et déjà en tête du bassin méditerranéen entre les terminaux d’Algésiras et celui de Gibraltar, arrivés à saturation et qui n’offrent pas les mêmes avantages en termes de services et de fluidité. De ce fait, le terminal a pour principale vocation le soutage des navires (bunkering) en on-shore et en off-shore.
Mais pas uniquement puisqu’il fournira également les entreprises installées dans la zone franche et procédera à l’achat et à la vente de produits sur le marché international.
L’approvisionnement en carburant du marché local se fera à travers des enlèvements réguliers par cabotage et par voies routières et ferroviaires. En plus de la satisfaction d’une partie des besoins de la Région Nord en produits raffinés, essence, gasoil et fuel, le terminal permet de réduire la charge sur l’unique point d’entrée de fuel au Maroc situé à Mohammédia.
Les responsables du projet annoncent qu’une deuxième jetée sera mise en service à partir de la troisième année d’activité du terminal. Elle permettra une augmentation des volumes de stockage de 20 à 30%.