L’appel d’offres pour le tramway de Rabat sera lancé en avril

La mise en service de l’ouvrage est prévue en 2009.
Le montant total de l’investissement est de 2,5 milliards de DH.
Une partie des lots sera réservée aux entreprises marocaines.

L’appel d’offres international pour la réalisation du tramway devant relier les villes de Rabat et de Salé sera lancé courant avril, assure Lemghari Essakl, à la fois directeur du pôle stratégie et développement de la CDG et DG de la Société d’aménagement du Bouregreg (Sabr), sa filiale. Le premier coup de pioche du chantier du tramway sera donné au cours du deuxième semestre 2006. La mise en service est programmée pour 2009.

Le groupement Systra-Ingérop-Ingéma assistant au maître d’ouvrage
Le coût du projet est de 2,5 milliards de DH. Ce montant a déjà été budgétisé dans le projet global de l’aménagement de la vallée du Bouregreg. Toutefois, au cas où des investisseurs proposeraient des contrats de réalisation sous la forme BOT (build operate transfer – l’adjudicataire réalise le projet contre un droit de jouissance pendant une durée définie par le contrat), l’argent budgétisé sera plutôt utilisé pour d’autres volets de l’aménagement des deux rives du Bouregreg. «Nous avons le souci de penser une organisation institutionnelle du projet dont la première préoccupation est que les flux de trésorerie soient limités à l’utile», explique M. Essakl. Plusieurs investisseurs ont d’ailleurs exprimé leur intérêt pour le projet dans le cadre d’un BOT.
En attendant, le maître d’ouvrage, en l’occurrence les institutions de la ville de Rabat et Sabr, ont choisi de se faire assister par le groupement Systra et Ingérop, leaders européens dans le domaine, ainsi que par le bureau d’études marocain Ingéma. «Dans la philosophie du projet global, nous imposerons la participation d’au moins un partenaire marocain dans chaque groupement pour garantir le transfert de technologie», explique le directeur de Sabr. Ce dernier explique qu’il en sera de même pour la réalisation du tramway. «Nous devrions disposer d’entreprises marocaines capables de construire les prochains tramways, notamment à Casablanca», précise-t-il.
La décision de se faire accompagner d’un assistant au maître d’ouvrage se justifie par le fait qu’il s’agit de la première expérience de réalisation d’un tramway au Maroc. Cet assistant au maître d’ouvrage a deux missions : il est chargé de la rédaction des termes de référence de l’ouvrage et de la supervision de leur respect dans le cadre de la construction.
Le tramway doit résoudre le problème du transport entre Rabat et Salé, auquel sont confrontées les 650 000 personnes qui circulent tous les jours entre les deux agglomérations, de même qu’il doit répondre aux préoccupations écologiques pour la vallée.
Avant de pouvoir jouir de ce nouveau mode de transport, les habitants devront affronter les désagréments des travaux entre 2007 et 2009. A ce niveau, M. Essakl dément catégoriquement les rumeurs selon lesquelles le pont Moulay El Hassan allait être fermé à cause d’un risque d’écroulement .