L’ANRT somme Méditel d’ouvrir ses lignes

Méditel avait coupé la réception des appels internationaux acheminés via le réseau IAM.

Du nouveau dans le dossier de l’interconnexion entre les deux opérateurs GSM, Maroc Telecom et Medi Telecom. Dans une décision prise le 27 décembre, et qui devrait être rendue publique dans les jours à venir, le comité de gestion de l’ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications) a sommé Méditel de rétablir l’interconnexion pour les appels internationaux entrants vers son réseau et acheminés via les lignes de Maroc Telecom. Une connexion interrompue depuis août 2003 par Medi Telecom, en protestation contre la redevance payée par l’opérateur historique, jugée insuffisante. Le régulateur a également décidé de porter le tarif de l’interconnexion de 1,43 DH/mn en heure pleine – et 0,715 DH en heure creuse – à 1,63 DH/mn, applicable quel que soit le moment de la journée.

Un bras de fer qui aura duré 17 mois
Pour comprendre les enjeux du problème, il convient de rappeler qu’avant janvier 2003, la licence GSM de Medi Telecom ne lui permettait pas d’acheminer directement sur son réseau les appels internationaux. L’opérateur devait donc transiter par les lignes de son concurrent, qui lui reversait 1,43 DH/min pour chaque appel entrant et encaissait la même somme pour les appels sortants. Or, depuis janvier 2003, date à laquelle le titulaire de la seconde licence GSM a bénéficié de l’ouverture à l’international, les choses se sont compliquées: pour les appels entrants acheminés directement sur son réseau, Medi Telecom se fait payer 2 DH/mn par les opérateurs internationaux avec lesquels il a des accords, alors que ceux transitant par le réseau d’IAM ne lui rapportent au maximum que 1,43 DH. Medi Telecom a donc demandé à son concurrent de s’aligner sur le tarif de 2 DH. Ce dernier a opposé un refus catégorique. En août 2003, donc, et après avoir informé les opérateurs internationaux que tous les appels entrants vers son réseau devaient être acheminés via les lignes de ses partenaires (notamment Telefonica, Portugal Telecom et Telecom Italia), Medi Telecom a donc décidé de suspendre l’interconnexion internationale avec Maroc Telecom. S’en est alors suivi un bras de fer qui aura duré 17 mois avant que le régulateur ne tranche.
A l’ANRT, on estime avoir pris une décision équitable. «On ne pouvait demander à Maroc Telecom de payer à son concurrent 2 DH/mn pour un appel entrant, sachant qu’il devait reverser la même somme à l’opérateur international qui a acheminé l’appel vers le Maroc. Quel gain aurait-il eu ?», estime un responsable à l’agence qui ajoute que, de toutes les manières, Medi Telecom est gagnant dans le nouveau deal. «Auparavant, il percevait en moyenne – entre heures pleines et creuses – 1,18 DH/mn. Désormais, il recevra 1,63 DH. Mais il est dans l’obligation de rétablir l’interconnexion», précise-t-il. Affaire classée ? Aucun des deux concurrents n’est satisfait de la décision, affirme-t-on.