L’ANP teste sa réactivité au port de Mohammédia

Le port de Mohammédia a pris feu jeudi 10 octobre. Il ne s’agit pas là  d’un fait divers mais plutôt d’une simulation en format réel effectuée par l’Agence nationale des ports.

Le port de Mohammédia a pris feu jeudi 10 octobre. Il ne s’agit pas là d’un fait divers mais plutôt d’une simulation en format réel effectuée par l’Agence nationale des ports (ANP). Le choix du port de la ville des fleurs n’est pas fortuit puisqu’il s’agit du premier port pétrolier au Maroc qui, de ce fait, traite des marchandises dangereuses exigeant une infrastructure et une logistique spécifiques, des ressources humaines qualifiées et un environnement sécurisé. Ce sont là des exigences pour permettre le traitement des navires et des marchandises conformément aux standards internationaux. Selon le top management de l’ANP, cette simulation entre dans le cadre d’une logique d’évaluation et d’évolution des plans d’urgence, en relevant les éventuelles imperfections qui pourraient être détectées. A travers cela, l’ANP espère tirer des enseignements et, partant, apporter les améliorations nécessaires au processus d’intervention. Sur le terrain, l’exercice s’est traduit par la simulation d’une fuite de gaz de pétrole liquéfié (GPL) lors du déchargement d’un navire. Celle-ci a déclenché un incendie qui s’est propagé en direction d’un dépôt de produits chimiques hautement inflammables. Il aura fallu en tout une quarantaine de minutes pour la maîtrise totale de l’incendie.