L’allemand Dekra ouvre 37 centres de visites techniques ultramodernes

Quelques mois après avoir été retenu, avec son concurrent suisse SGS, par le ministère de l’équipement et du transport pour la modernisation et l’extension du réseau des centres de visites techniques (CVT), le groupe allemand Dekra, leader mondial dans ce domaine, injecte 30 MDH dans sa nouvelle filiale marocaine, Dekra Automotive Maroc (DAM). Le capital passe ainsi de 5 à 35 MDH. Cet apport d’argent frais est destiné à autofinancer la première tranche d’un investissement estimé à 400 MDH et qui devrait générer des centaines d’emplois. Des emprunts bancaires seront incessamment débloqués pour compléter les financements.

Dans chaque région, un centre technique indépendant travaillera sous son enseigne
Selon les clauses du cahier des charges, DAM est appelée à créer 37 CVT localisés essentiellement, dans un premier temps, dans les villes de Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger et Oujda. Ce réseau sera porté ultérieurement à 60 centres. Les CVT seront dotés d’équipements ultramodernes tels des bancs de freinage et de suspension, des appareils de mesure de la pollution, plaques de ripage et plaques à jeux, réglophares et speedomètres.

Outre le réseau propre, Dekra proposera aux centres indépendants existants le rattachement à son enseigne, avec un objectif d’au moins un centre par région. L’apport métier concernera l’assistance téléphonique et sur site, la formation au déroulement réglementaire d’une visite technique et à l’outil informatique, l’usage du logiciel Dekra permettant traçabilité, sauvegarde et transmission des visites techniques en temps réel au réseau Dekra puis à l’administration de tutelle. De même, l’opérateur s’engage à offrir son aide directe à la maintenance des équipements de contrôle.

Rappelons que le groupe allemand qui revendique 1,3 milliard d’euros (près de 15 milliards de DH) de chiffre d’affaires est présent dans 30 pays dont deux africains (Maroc et Afrique du Sud) et emploie plus de 16 000 personnes. Son arrivée au Maroc entre dans le cadre de l’amélioration de l’état technique du parc automobile. Ce plan est lui-même intégré dans une stratégie plus large de prévention routière.