Lait : une production de 2.8 milliards de litres pour 2013

La production laitière s’est améliorée de 40% en 4 ans. Les efforts d’intégration de la filière avec l’industrie nationale de transformation des produits laitiers ont eu des retombées concluantes.

Parmi les filières agricoles, celle du lait et ses dérivés frappe par l’amélioration régulière de la production et du rendement de ses entités. En effet, selon les données du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, la production laitière a poursuivi son trend haussier  entamé depuis 2002 pour atteindre 2,5 milliards de litres en 2012 contre 1,8 milliard en 2008, soit plus de 40% de hausse en quatre ans. Et l’on s’attend à une production de l’ordre de 2,8 milliards de litres en 2013, soit 10% de hausse supplémentaire. Aussi, les rendements laitiers s’établissent aujourd’hui pour certains centres de collecte à plus de 25 litres par jour et par vache, soit un niveau similaire à celui des grandes exploitations européennes. C’est dire que la filière a su capitaliser sur le Plan Maroc Vert notamment à travers les efforts substantiels concédés pour l’importation des races améliorées, la vulgarisation des techniques d’élevage, la vaccination, la lutte contre les épizooties et les programmes d’urgences déployés en cas de sécheresse.

Selon les spécialistes, l’on peut parler aujourd’hui d’un succès incontesté de mise sur pied d’une filière nationale du lait en lien étroit avec l’aval, notamment grâce à son organisation autour d’agrégateurs (centres de collecte) assurant l’intégration avec l’industrie nationale de transformation des produits laitiers (on dénombre déjà 1 070 centres de collecte de lait et 82 usines laitières dont le secteur privé représente 70%) et la modernisation des modes de production.
La croissance de la production laitière a été aussi le résultat des efforts d’amélioration génétiques du cheptel bovin par l’insémination artificielle et les importations des vaches de race pure qui représentent 20% du cheptel, notamment les races holstein, frisonne pie noire, montbéliarde, et fleckviech. Les races locales représentent quant à elles 45% du cheptel, tandis que le reste est composé de races croisées.
Pour rappel, le secteur du lait génère un chiffre d’affaires de 8 milliards de dirhams et permet la création de quelque 460 000 emplois permanents.