Lahraouiyyine : une nouvelle zone d’urbanisation programmée

Plus de 160 hectares constructibles en immeubles R+3 à  R+5. Un parc logistique, un parc naturel et un pôle commercial pour dynamiser l’activité économique du secteur.

Lahraouiyyine est l’exemple du développement urbain sauvage. Par sa proximité du périmètre urbain de Casablanca et de plusieurs zones d’activités, le secteur a enregistré un développement spectaculaire de l’habitat non réglementaire. La disponibilité du foncier agricole à prix bradé a permis à des franges de la population à revenus modestes d’y construire des habitations mais sur des terrains non viabilisés et sous-équipés. Pour y remédier, le nouveau plan d’aménagement du secteur prévoit toute une zone d’urbanisation. En tout, près du quart du territoire de Lahrouiyyine (hors voirie et équipements), soit 201 ha sur un total de 830 ha est programmé en zone habitat. La plus grande partie sera dédiée au relogement des ménages issus des bidonvilles des carrières centrales, le reste résorbera les déficits du secteur.
Dans le détail, 25 hectares sont dédiés au développement d’immeubles R+5. Un total supplémentaire de 142 hectares est consacré à des immeubles R+3 et R+4. En accompagnement de ces nouvelles zones résidentielles, des équipements et des espaces libres sont prévus pour structurer l’urbanisation du secteur. Les éléments les plus notables en la matière portent sur l’implantation du grand stade de Casablanca ainsi que la réhabilitation de la forêt Halhal. Une grande ceinture verte de 380 hectares prévue à l’Est complète le tout pour limiter l’urbanisation. Il est à noter que cette ceinture intègre un pôle commercial. Celui-ci est destiné à regrouper dans de bonnes conditions les activités informelles actuelles au niveau du secteur, exercées en l’absence de tout équipement d’infrastructure.

Véritable carrefour pour  le transport des biens et des personnes

L’économie de la zone devrait également être dynamisée par un parc logistique programmé dans le nouveau plan. La municipalité est prédisposée à accueillir ce projet par ses infrastructures existantes et projetées ainsi que par la proximité de l’aéroport Mohammed V qui en font une plaque tournante et un véritable carrefour pour le transport des biens et des personnes dans le Sud-Est de Casablanca. Du reste, le nouveau plan opte pour le maintien et le développement des milieux agricoles qui dominent largement le paysage du secteur et qui demeurent à la base de son activité économique. Concrètement, l’idée est de développer et de maintenir ces activités dans le cadre d’un parc naturel régional sur des parcelles privées, ce qui pourrait créer des opportunités de développement économique de ces zones.