L’Agence du Sud investira 4,2 milliards de DH pour la période 2007-2009

Deux axes : habitat insalubre et services de base
166 projets achevés cette année et 185 lancés.

Vaste programme que celui de l’Agence pour la promotion et le développement des provinces du Sud pour la période 2007-2009. Pas moins de 377 projets pour une enveloppe globale de 4,2 milliards de DH. Au menu, des projets couvrant un large spectre de domaines. C’est ce qui ressort d’un document récemment réalisé par l’agence et intitulé «Atlas des chantiers des provinces du Sud». Premier constat : la part du lion revient à des projets concernant la lutte contre l’habitat insalubre avec une enveloppe de 1,1 milliard de DH, suivis par l’accès aux services de base (eau potable, électricité, assainissement…) pour un montant d’un milliard de DH.

C’est dire qu’il y a encore des besoins énormes que l’agence tente de satisfaire. D’un autre côté, près de 970 MDH iront dans des projets dits intégrés dont une grande partie consiste en la réalisation de villages de pêche. On relèvera une répartition équitable des enveloppes budgétaires entre les trois grandes régions en tenant compte de l’étendue du territoire et de la population, soit 1,77 milliard de DH pour Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, 1,04 milliard pour Guelmim-Es Smara et, enfin, 1,063 milliard pour Oued Eddahab-Lagouira.

Mais 2007 est surtout considérée par les responsables de l’agence comme l’année où l’institution devra prendre sa vitesse de croisière. La preuve, l’année verra le lancement de 185 projets, dont 77 intégrés, portant sur un total de 1,38 milliard de DH. Et ce n’est pas tout puisque, toujours en 2007, 166 projets lancés auparavant seront achevés, qui ont nécessité un investissement de 954 MDH. A ce titre, il est indiqué auprès de l’agence que le montant des achèvements pour la seule année 2007 représente deux fois et demie celui investi dans tous les projets achevés sur toute la période 2004-2006. C’est dire que, pour 2007, l’agence est montée en puissance.

Au fil des années et de la livraison de projets, l’agence ne manque pas non plus de réajuster ses interventions d’un domaine à l’autre en fonction de l’évolution des besoins. C’est ainsi que l’on constate, en comparant la nature des projets entre 2004-2006 et 2007-2009, une légère baisse de l’enveloppe consacrée aux grandes infrastructures, contre une augmentation de la part des financements alloués aux projets dits de proximité. Parmi ces derniers, on peut citer essentiellement l’appui aux activités génératrices de revenus (AGR) et à l’initiative privée, la construction d’équipements collectifs et également le soutien à la société civile.