L’aéroport de Béni-Mellal deviendra international à  la mi-2011

Après les travaux d’agrandissement, il sera en mesure d’accueillir des avions moyen courrier de type Boeing 737.
Une enveloppe de 172 MDH est consacrée à  ce projet réalisé en partenariat par l’Office national des aéroports et la région de Tadla-Azilal.

Finalement, les travaux d’aménagement et d’extension de l’aérodrome de Béni-Mellal lancés en avril 2008 devraient être achevés à la mi-2011. Cette région, considérée comme l’une des plus prometteuses pour le secteur du tourisme, sera alors dotée d’un aéroport aux normes internationales. Ce n’est du reste pas un hasard si le projet est né d’un partenariat conclu en avril 2008 par l’Office national des aéroports (ONDA) et la région de Tadla Azilal. L’enveloppe consacrée au projet s’élève ainsi à 172 MDH. La part de l’ONDA s’élève à 96 MDH dont 20 millions pour l’achat du terrain (55 ha), 9 millions consacrés à la construction des liaisons routières avec l’aéroport et 67 millions à la construction du terminal, de la tour de contrôle, de la station électrique ainsi que d’autres équipements indispensables pour une telle infrastructure.
Le Conseil de la région a, pour sa part, mis dans la cagnotte 76 MDH destinés à la construction de l’aérogare d’une superficie de 1 500 m2 et à l’extension de la piste qui aura une longueur de 2 500 m et une largeur de 45 m au lieu de 1 200 et 23 actuellement. Elle pourra alors recevoir des avions dits moyen courrier de type Boeing 737.

Elle facilitera le retour des émigrés de la région

Avec la construction du nouveau parking, ce sont deux avions de ce calibre qui pourront être traités simultanément, alors qu’actuellement la capacité d’accueil de l’aire de stationnement est de quatre petits avions légers dont la longueur ne dépasse pas 9 m. Il faut souligner ici que ce sont les autorités locales qui ont émis le souhait d’agrandir l’aérodrome de leur ville pour deux raisons principales. La première est que la région a une forte communauté émigrée dans les pays européens, notamment en Italie, qui font aujourd’hui le bonheur des compagnies de transport international par autocar. Et, note-t-on, par ailleurs, cet aérodrome peut jouer un rôle primordial en cas de catastrophe naturelle en raison de sa position géographique. Cette dernière, et, c’est la deuxième raison, favorise l’exercice d’activités sportives aéronautiques : vol à voile, planeurs, parachutisme… Du reste, ces sports sont déjà pratiqués par les membres de clubs et cercles importants nationaux et étrangers qui organisent des manifestations dans cette région. On se rappelle que la Vision 2010 avait mis en avant le parachutisme dans la région de Béni-Mellal en tant que produit de niche. Cette vocation sera donc renforcée avec un aéroport mieux équipé.