L’accompagnement des TPE commence à se concrétiser

La convention signée par Bti Bank et la Confédération des TPE : un volet financier et un autre d’accompagnement.

Le tissu des très petites entreprises au Maroc reste le mal-aimé de l’écosystème marocain. Elles pâtissent de plusieurs difficultés, tant financières que de gouvernance, ou encore de gestion… Elles se plaignent des banques qui ne jouent pas le jeu, des autorités qui n’exercent pas le rôle d’accompagnateur, d’imposition de conditions draconiennes pour accéder à tel ou tel service… Même une définition homogène et concertée de la TPE fait défaut. «Il faut trouver des solutions pour que ces TPME survivent. Pour des besoins d’illustrations, 5 180 TPE ont fait faillite en 2015 et plus de 10 000 en 2018…et encore ! Ces chiffres ne donnent pas une image fidèle de la réalité, puisqu’il y en a plusieurs qui sont juste ‘’dormantes’’» souligne Abdallah El Fergui, président de la Confédération de la TPME. Certaines banques, comme Attijariwafa bank, ont tenté d’être au chevet des porteurs de projets souhaitant se structurer en entreprises, en lançant Dar Al Moukawil. D’autres ont lancé des produits adaptés à cette niche d’entreprises. Cela reste insuffisant !

Il aura fallu que le Souverain interpelle les banques sur la nécessité de renforcer leurs actions vers ces acteurs économiques pour que le système financier s’active ou concrétise des chantiers lancés il y a quelque temps. La dernière avancée en la matière consiste en la signature d’une convention de partenariat entre la banque participative Bti Bank et la Confédération des TPME. Son objectif est de soutenir ces petites entreprises. La convention comprend 2 volets. Le premier est lié essentiellement au financement. En ce sens, les deux parties s’attellent à identifier des produits adaptés à la TPE. «Deux commissions seront créées. Une permanente de pilotage et une autre mixte qui se chargera de travailler sur les produits et qui devra se réunir une fois par trimestre en vue de discuter et d’apporter les modifications nécessaires», explique M. El Fergui. Notre source ajoute: «Nous sommes en discussion avec la CCG et nous espérons qu’elle va s’associer à nous pour garantir une partie du financement qui serait octroyé aux entreprises».

Comme cette convention n’est pas axée que sur le financement, un autre volet s’ajoute concernant l’accompagnement et la formation en faveur de la TPME. Ainsi, «Bti Bank, à travers ses antennes, devra participer à financer les actions qu’on mènera en termes de formation, de sensibilisation et de conseil. Nous envisageons d’associer d’autres partenaires, à l’instar de Finéa, la CCG, Maroc PME…», détaille M. El Fergui. Bti Bank envisage également de financer un concours que compte lancer la confédération, à partir de 2020, pour des étudiants-chercheurs, sur différents thèmes tournant toujours autour de la TPE.
En fait, ce partenariat n’est pas récent. Les deux parties étaient sur ce chantier depuis plus d’une année. Si Bti Bank est le premier organisme avec qui un partenariat de financement et d’accompagnement a été scellé, il n’en demeure pas moins que d’autres banques participatives et classiques soient également impliquées. M. El Fergui, qui ne cache pas son optimisme quant à la tournure que prennent les choses, nous confie : «Des tractations sont en cours avec des responsables d’Attijariwafa bank, dont l’objectif est de créer une commission mixte en charge de rassembler les besoins et doléances des TPE au Maroc. D’ailleurs, un projet de convention sera dans le pipe dans les 15 jours qui viennent».

Le volet «assurance» n’est pas en reste, puisque le président de la Confédération des TPME dit être en pourparlers avec des compagnies d’assurance.