La téléphonie fixe en perte de vitesse, internet croît lentement

Le taux de pénétration de l’internet est bien loin des objectifs fixés par le Plan Maroc Numeric 2013. 82% des abonnés internet sont équipés de la 3G. Le taux de pénétration du mobile dépasse 120%.

Le marché de la téléphonie fixe est en régression. C’est ce qui ressort des derniers chiffres publiés par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). Le parc global d’abonnés à la téléphonie fixe a atteint 3,13 millions à fin mars 2013, soit une baisse trimestrielle de 4,39% et annuelle de 11,3%. Le parc est toujours dominé par les postes fixes à mobilité restreinte qui ont toutefois vu leur importance décroître à 53,68% alors qu’elle était de 63,81% pour les trois premiers mois de l’année 2012. Le taux de pénétration enregistré est, quant à lui, de 9,64% alors qu’il était de l’ordre de 10,98% pour la même période de l’année précédente.

La plus forte baisse est supportée par le parc résidentiel qui est passé de 3,03 millions d’abonnés à moins de 2,66 millions, soit une régression de 5,11%. Ce recul est expliqué par la baisse importante des prix des communications qui a encouragé l’adoption du mobile comme moyen de communication privilégié (121,5% de pénétration). En effet, le revenu moyen par minute du fixe est passé à 0,66 DH hors taxe la minute tandis qu’au niveau du mobile, le même revenu s’établit à 0,51 DH. Le parc fixe des professionnels connaît pour sa part un très léger rehaussement de l’ordre de 0,76%, portant le nombre d’abonnés à 429 443 pour le premier trimestre de cette année.

Au niveau de la consommation, le trafic sortant du fixe a atteint près de 1,19 milliard de minutes, ce qui représente une hausse de 6,39% sur un trimestre et une baisse de 2,72% sur une année. Dans un autre registre, le parc des lignes de publiphones a enregistré une hausse de 2,6% par rapport au quatrième trimestre de 2012 avec près de 77 500 appareils mais une baisse de 26,54% si on le compare avec le premier trimestre 2012.

Baisse continue des prix

Ces publiphones appartiennent à 65,23% à l’opérateur historique tandis que Meditelecom s’approprie les 34,77% restants.

Toujours d’après les chiffres de l’ANRT, le marché de l’internet s’en est un peu mieux sorti. Le parc a en effet dépassé les 4 millions d’abonnés pour atteindre 4,07 millions en réalisant un taux de croissance trimestriel de 2,64% et annuel de 17,89%. Une performance à nuancer puisqu’avec un taux de pénétration qui atteint 12,49% à fin mars 2013, on est bien loin des objectifs fixés par le Plan Maroc Numeric 2013 qui prévoyait un taux de pénétration de 33,33%.
Le parc des abonnés à l’ADSL est en hausse de 6,02% au cours de ce premier trimestre alors que sur l’année, il a augmenté de 18,29%. A fin mars 2013, ils sont 722 701 abonnés à l’ADSL dont 99% ayant au moins un débit de 4 Mbits/s.

Le parc ADSL ne représente pourtant que 17,79% du total, le gros des abonnés ayant opté pour la 3G (82,16%). Ces derniers ont enregistré un taux de croissance trimestriel de 1,94% et annuel de 17,82%. Les abonnements internet 3G combinant «Voix + Data» s’élevant à 1,7 million ont connu une hausse trimestrielle de 3,93% et annuelle de 34,84%. Le reste des abonnements de type «Data only» s’élève, quant à lui, à 1,6 million, en quasi-stagnation par rapport au trimestre précédent (-0,08%) et en hausse de 4,07% sur une année. En termes de part de marché, IAM détient 57,46% du parc internet suivi de Meditelecom avec 28,11% et de Inwi avec 14,43%.

A noter que la tendance baissière des prix de l’internet, mesurée par la facture moyenne mensuelle par client se confirme. En effet, elle est passée de 55 DH hors taxe par mois et par client à fin mars 2012 à 38 DH à fin mars 2013, marquant ainsi une baisse de 31%. Pour l’internet 3G, cette facture est passée de 38 DH a fin mars 2012 à 25 à la même période de l’année en cours, soit une baisse de 34%. Alors que pour l’ADSL, elle est passée de 127 DH à fin mars 2012 à 99 à fin mars 2013, soit un recul de 22%.