La Somathes devrait être privatisée en 2005

Au lendemain de la libéralisation du marché du thé, les temps ont été très durs pour l’ONTS (Office national du thé et du sucre) qui avait détenu le monopole durant 35 ans.

Au lendemain de la libéralisation du marché du thé, les temps ont été très durs pour l’ONTS (Office national du thé et du sucre) qui avait détenu le monopole durant 35 ans. L’ONTS qui importait alors 28 000 tonnes de thé par an a perdu 60% de part de marché et a vu ses importations chuter. Selon ses responsables, «l’office n’était pas préparé et la libéralisation a été brutale étant donné qu’il n’y a pas eu de période transitoire. De plus, il n’y a pas eu de mesures pour accompagner cette ouverture du secteur».
Réagissant à la nouvelle donne, l’ONTS, entretemps devenu Somathes SA, a entamé un plan de restructuration en 1998. Ce qui lui permettra de faire face à la concurrence des intervenants privés. Deux actions majeures ont été menées : la réduction des effectifs via un programme de départs volontaires qui a coûté 87 MDH et permis de réduire l’effectif de 50 %. Concrètement, le nombre des employés est passé de 855 en 2001 à 446 en 2004. Toujours dans le cadre de la rationalisation des charges, la Somathes a procédé en deuxième lieu à l’externalisation de l’activité imprimerie et emballage.
Aujourd’hui, ce plan de redressement a donné ses fruits puisque, depuis 2000, les résultats de l’entreprise ont été positifs. Le chiffre d’affaires sur les quatre dernières années a progressé en moyenne de 8 % aussi bien en valeur qu’en volume.
L’entreprise pourrait être, selon sa direction générale, privatisée au cours de cette année. L’audit est bouclé et le consortium bancaire chargé de monter l’opération est désigné.