La régionalisation des vacances scolaires ravit les hôteliers

La période d’activité pour le tourisme interne prolongée de 30 jours. Seules les vacances de novembre et d’avril sont concernées.

La décision était attendue depuis longtemps par les professionnels du tourisme. La régionalisation du calendrier des vacances scolaires vient enfin d’être décidée pour la prochaine rentrée scolaire par le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle. Annoncée la semaine dernière par le ministère du tourisme, la mise en place de ce nouveau dispositif, auquel le département du transport a également participé, permet aux hôteliers de «lisser» la saisonnalité qui était jusque-là bien ancrée et de gagner 30 jours d’activité touristique interne supplémentaires. Dès la prochaine rentrée scolaire, les vacances de mi-semestre, soit novembre et avril, seront programmées séparément dans trois zones bien distinctes, reprenant précisément le découpage territorial du Royaume. La première zone, représentant 31% des flux de touristes internes, regroupe ainsi les régions Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’Oriental, dont les vacances s’étaleront du 15 au 22 novembre 2015 et du 3 au 10 avril 2016. La zone2 (37% des flux), composée des régions Grand Casablanca-Settat, Fès-Meknès et Drâa-Tafilalet, prendra quant à elle le relais avec des vacances scolaires du 22 au 29 novembre prochain et du 10 au 17 avril 2016. Enfin, la troisième zone (32% des flux), qui rassemble Marrakech-Safi, Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra, Béni-Mellal-Khénifra et Dakhla-Oued Dahab, fermera la marche puisque ses vacances scolaires seront observées du 29 novembre au 6 décembre 2015 et du 17 au 24 avril 2016. 

Première mesure depuis Kounouz Biladi

En mettant en place ce calendrier régionalisé, le ministère du tourisme et les professionnels, par le biais de la Confédération nationale du tourisme (CNT), espèrent bien accompagner la dynamique déjà existante du tourisme interne. L’objectif affiché est de tripler le nombre de voyages domestiques entre 2010 et 2020 et de porter la part des nuitées des nationaux à 40% du total des nuitées enregistrées dans les établissements classés, à raison de 3 à 5% de croissance par an à partir de 2016. Cette régionalisation des vacances scolaires est l’une des premières mesures mises en place en faveur du tourisme interne depuis Kounouz Biladi, en 2003, et l’ouverture de la première station Biladi à Ifrane en 2011. D’autres mesures devraient s’y ajouter telles que le lancement des chèques vacances, dont le principe sera défendu par la CGEM dans le cadre des négociations pour la prochaine Loi de finances, ou la création d’un tour-opérateur national. «C’est bien sûr une bonne chose. Rien que la répartition des flux sur une période plus longue nous permet de mieux accueillir les clients. Auparavant, il nous arrivait d’être saturés à certaines périodes et donc de ne pouvoir répondre à toutes les demandes. Désormais, nous pourrons mieux recevoir les vacanciers», salue ainsi Chafik Mahfoud Filali, directeur du Kenzi Europa à Agadir. Bien entendu, cette mesure pourrait bien permettre aux professionnels de compenser une baisse relative observée sur les flux de touristes étrangers depuis quelques mois. Même si, à fin mai, les arrivées de touristes étrangers n’ont fléchi que de 1%, l’avenir reste incertain.