La RAM et Air France injectent 20 MDH dans Aerotechnic Industries

La forte croissance de l’activité génère une hausse importante du besoin en fonds de roulement et impose l’extension des capacités industrielles. Après un démarrage difficile marqué par des pertes ayant dépassé les 30 MDH, Aerotechnic Industries a réussi le pari de l’équilibre financier.

Troisième recapitalisation pour Aerotechnic Industries depuis l’arrivée dans son tour de table du groupe Air France-KLM en 2010. En effet, cette joint-venture entre le deuxième transporteur aérien européen et Royal Air Maroc (RAM) vient de hisser son capital de 47,8 MDH à 67,8 MDH à l’issue du deuxième exercice bénéficiaire de son histoire (exercice clos à fin octobre 2013). L’apport d’argent frais qui en découle (10 MDH pour chacun des deux actionnaires qui maintiennent, ainsi, la répartition paritaire du capital) tombe à point nommé pour le spécialiste de la maintenance aéronautique dont la forte croissance génère une hausse importante du besoin en fonds de roulement et impose l’extension des capacités industrielles de son site de Nouasseur qui dispose de trois baies pour le grand entretien des avions moyen-courrier.

Il faut dire qu’après un démarrage difficile marqué par des pertes ayant dépassé les 30 MDH, Aerotechnic Industries a réussi le pari de l’équilibre financier en 2012 grâce, d’une part, à la décision en fin 2011 de son actionnaire Air France de lui confier de manière continue une ligne de check A (synonyme de visites plus lourdes pouvant dépasser un mois d’immobilisation) sur des avions Airbus A320 et A319, et, d’autre part, à l’extension de son portefeuille clients au-delà de ses deux actionnaires et donneurs d’ordre naturels dont plusieurs compagnies africaines mais également européennes. Sur sa lancée, Aerotechnic Industries a presque atteint son objectif de porter son chiffre d’affaires 2013 à 100 MDH (celui-ci pointe à 93 MDH) et a même dépassé ses anticipations de profitabilité avec une marge nette de 5% (près de deux points au-dessus du business plan). Quant aux effectifs qui dépassent légèrement la barre des 200 employés, ils sont en phase avec ce qui a été prévu par les promoteurs de la joint-venture.

Extension de l’éventail des avions traités aux appareils Boeing

Avec ce renforcement substantiel des fonds propres qui dépassent, désormais, les 44 MDH (avant la clôture de l’exercice en cours en fin octobre), Aerotechnic Industries se met en ordre de marche pour sa nouvelle phase de développement qui consacre l’extension de l’éventail des avions traités aux appareils Boeing, notamment de type 737 NG.
Rappelons qu’outre Aerotechnic Industries, le groupe Air France–KLM est également le partenaire capitalistique de la RAM dans le métier du catering avec l’entrée à hauteur de 40% de Servair (filiale d’Air France) en 2013 dans le capital d’Atlas Servair (ex-Atlas Catering Airlines Services).