La publicité investit les tickets de caisse

La société Com’back médias vend des espaces publicitaires au dos des tickets de caisse
des grandes surfaces

Coût moyen de la campagne : 90 000 DH

Après
Acima, bientôt Label’Vie, Metro et Marjane.

Pour les publicitaires, tout espace est bon à  vendre. Après les façades murales, les bus, c’est au tour des tickets de caisse des grandes surfaces de servir de support. Depuis quelques jours, les clients des supermarchés Acima de Casablanca et Rabat ont remarqué que le dos de leurs tickets était désormais investi par les annonceurs. Les premiers à  avoir osé ce nouveau support ont été les opérateurs télécoms, une société de crédit de la place, un club de sport…

En réalité, ce support n’est pas si nouveau que cela. En 2003, déjà , une entreprise, Publi étiquette, a proposé le service d’habillage des tickets de caisse. Cette activité a duré une année avant que les responsables de l’entreprise ne décident, pour des raisons de logistique, de mettre l’activité en veilleuse. En effet, les rouleaux de tickets de caisse étaient alors produits à  l’étranger et les formalités douanières entraà®naient des retard dans leur livraison et donc des retards par rapport au timing des campagnes de communication des annonceurs, avec, parfois, des manques à  gagner. Ces délais de fabrication lents obligeaient aussi les annonceurs à  prendre des décisions d’investissement dans des campagnes deux voire trois mois à  l’avance. Ce qui n’est pas toujours possible en matière de communication. Du coup, l’entreprise a conclu des partenariats avec des professionnels pour mieux intégrer la chaà®ne en commençant bien sûr par un imprimeur qui imprime et découpe les tickets de caisse, ce qui permet de réduire considérablement les délais. D’un autre côté, la société a créé une régie publicitaire, Com’Back médias, chargée de démarcher et vendre l’espace publicitaire aux annonceurs.

Depuis, les appétits de la toute jeune entreprise Com’back médias, qui existe depuis quatre mois, ne cessent de croà®tre. Déjà , elle compte une demi-douzaine de clients et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Lorsqu’on sait qu’une seule campagne de communication dans les 14 magasins Acima (dont 12 situés à  Casablanca et deux à  Rabat) a été facturée par Comback médias à  90 000 DH par client, cela donne déjà  un chiffre d’affaires de 540 000 DH pour cette première campagne et pour cette seule chaà®ne de supermarchés. On devine aisément que les bénéfices engrangés ne peuvent que s’accroà®tre avec le nombre de marchés conquis et de chaà®nes de supermarchés couvertes.

Au final, l’entreprise devrait étendre son champ d’activité et développer ce type de supports de communication à  d’autres enseignes, notamment Label’Vie, Metro et Marjane.