La production de dossiers Intelaka érigée en priorité chez les banques !

Plus de 65% des entreprises nouvellement créées ne franchissent pas les 5 ans d’existence.

Dans le milieu bancaire, tous les chantiers de production classiques et de gestion des encours ont été relégués au second plan! Et pour cause, le Programme intégré d’appui et de financement des entreprises et des porteurs de projets concentre tous les efforts des instances dirigeantes, des équipes commerciales, des réseaux et des comités de crédit. La priorité : faire de nouveaux dossiers Intelaka, quel qu’en soit le montant. Selon plusieurs directeurs d’agences bancaires contactés par La Vie éco, les instructions des directions générales des banques sont on ne peut plus claires: faire de la nouvelle production axée spécialement sur l’offre Intelaka, avec de préférence des dossiers de 1,2 MDH pour aider à faire du volume. Un banquier affirme que les mails de reporting (avec des canevas à remplir par les chargés de comptes et les directeurs d’agences) sont adressés à fréquence quotidienne pour faire le suivi chez les équipes quant aux réalisations.

Cible à privilégier: les entreprises de moins de 5 ans, qui n’ont pas encore trouvé leurs marques, et qui éprouvent généralement des difficultés avant de passer le seuil emblématique des cinq années d’existence. Les banquiers citent des chiffres du secteur: plus de 65% des entreprises nouvellement créées ne franchissent pas ce seuil. Les besoins en financement, au même titre que la nécessité de se faire accompagner par des techniciens, se font sentir davantage au cours de ces premières années d’activité. Dans le milieu bancaire, l’on ajoute que ces entités, déjà existantes juridiquement, se prêtent plus au montage rapide des dossiers, étant donné leur historique, même de courte durée, chez les banques. Ceci à la différence des porteurs de projets qui, eux, doivent procéder aux formalités de création des entités porteuses de l’idée entrepreneuriale avant de prétendre au financement.