La pêche continentale prend de l’ampleur

La production de poissons d’eau douce durant la saison précédente est estimée à  15 000 tonnes pour une valeur marchande de 150 MDH. Les neufs unités aquacoles ont généré 120 emplois permanents.

Le comité de la pêche dans les eaux continentales a tenu sa session ordinaire le jeudi 5 mars 2015 au siège du Haut commissariat au eaux et forêts et à la lutte contre la désertification. Cette session a été consacrée à l’évaluation du bilan des réalisations de la saison de pêche écoulée 2014/2015, ainsi qu’à la présentation de l’état d’avancement des différents projets mis en œuvre par le Haut commissariat pour le développement du secteur. Ainsi, cette saison a été marquée par le repeuplement des parcours de pêche sportive par 4,5 millions de poissons carnassiers dont 2 millions de truites fario et arc-en-ciel.

Quant aux retenues des barrages, elles ont bénéficié d’un repeuplement de 5 millions d’alevins de carpes destinées pour le développement de la pêche commerciale. Ainsi, la production de poissons d’eau douce durant la saison précédente est estimée à 15 000 tonnes, générant une valeur marchande de 150 millions de DH. Une production qui a, selon le département de la pêche dans les eaux continentales, contribué «à l’amélioration des revenus de 3000 pêcheurs».

Le secteur privé a enregistré quant à lui des productions importantes dans le domaine de l’aquaculture. En effet, le nombre actuel des unités aquacoles est de 9 sociétés contribuant à la création d’emplois aussi bien permanents (120 postes) que saisonniers (46 000 jours travaillés)».

Par ailleurs, le comité a également annoncé les différents projets initiés ou exécutés durant la saison 2014/2015. Il s’agit notamment de l’aménagement du plan d’eau Amghass dans la région d’Azrou, de l’élaboration du plan d’action national de la conservation des populations de truite fario, et enfin de la mise en œuvre du plan de développement de la pêche continentale au niveau de la région pilote de Tadla-Azilal. Ainsi, l’objectif tracé pour les dix prochaines années dans le cadre du programme décennal 2015/2024 est l’élaboration de plans régionaux de développement de la pêche et de la pisciculture, qui vise à en faire une filière rentable et durable. Il s’agira donc d’atteindre «50 000 tonnes au niveau national, soit une valeur marchande estimée à 750 MDH, d’augmenter le nombre de pêcheurs de loisir à 7500 et de créer 10 000 emplois supplémentaires liés à l’activité de la pêche continentale».