La météo accroît son autonomie financière

Elle se passe des 20 MDH de subvention que l’Etat lui accordait pour l’investissement.

Ladirection de la météorologie nationale (DMN) peut être citée parmi les démembrements de l’Etat qui progressent dans la recherche de l’autonomie financière. La preuve, en 2003, l’Etat subventionnait son programme d’investissement à hauteur de 20 MDH ; une année plus tard, la DMN se prenait en charge complètement sur ce chapitre. S’il est vrai que son budget de fonctionnement, qui se monte à 50 MDH, continue de dépendre de la subvention étatique à hauteur de 50 %, les efforts accomplis sont en train de changer la donne. Pour Abdelkébir Zahoud, secrétaire d’Etat chargé de l’Eau, les résultats obtenus sont encourageants et la démarche doit continuer à être affinée. La DMN doit s’orienter vers la satisfaction de sa clientèle sans renoncer à sa mission d’organisme de service public.
Mustapha Janah, le tout nouveau Dg de cet organisme, lui, explique que la réunion que sa direction a organisée avec ses clients le 23 mars dernier participe du souci d’être à l’écoute des prescripteurs et d’adapter la démarche commerciale en fonction de leurs desiderata. «Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les prix ne posent pas de problème dans la mesure où ils s’inscrivent dans des conventions signées avec nos partenaires. Nos clients sont beaucoup plus sensibles aux délais, à l’adaptation de nos services à leurs contraintes et, généralement, à des soucis d’efficacité. Pour élargir l’assiette des utilisateurs, nous sommes en train de réfléchir à la proposition de contrats à une cible bien déterminée»,affirme-t-il

10% des recettes proviennent de l’ODEP
Notons qu’en 2003, la DMN a réalisé un chiffre d’affaires de 43 MDH dont 97 % relèvent des conventions et contrats d’abonnement. Avec 70 % des recettes, l’ONDA (Office national des aéroports) constitue son premier client. Il est suivi de l’Odep (Office d’exploitation des ports) avec
10 %. Le reste est réalisé avec des grands comptes comme l’Onep, l’ONE, Samir, Lydec, Amendis et les directions régionales de l’Equipement.
De nouvelles catégories de clients avec des besoins précis pointent à l’horizon, et c’est de ce côté que la DMN, qui emploie près d’un millier de personnes dont 200 cadres, peut élargir ses sources de revenus. Sur la liste figurent les hôtels dont certains demandent des bulletins à brève échéance pour une région du pays ou encore pour une zone spécifique .