La lutte contre la fraude dans le secteur alimentaire ne faiblit pas

Signe que les opérateurs font plus attention, les produits alimentaires détruits et les dossiers transmis au parquet sont en baisse, alors que le volume des produits contrôlés est en hausse. 874 nouveaux établissements de transformation, de conditionnement, de stockage et de commercialisation de produits alimentaires ont été agréés ou autorisés en 2016.

La guerre contre la fraude ne finit jamais. Durant l’exercice 2016, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a effectué 81 000 visites de contrôle sur le marché local dont 32300 en commissions provinciales et préfectorales. En tout, un peu plus de 2 Mt de produits alimentaires ont été contrôlées, soit 42% de plus qu’en 2015. A la suite de ces opérations, 4 700 t de produits impropres à la consommation (-21% par rapport à l’année précédente) ont été saisies et détruites. Tout aussi important en matière de lutte contre la récidive, 2 600 dossiers ont été transmis au parquet pour jugement. Toutes choses égales par ailleurs, ce chiffre, en fléchissement de 18% en comparaison avec 2015, montre dans une certaine mesure que la répression a un sens. Les commerçants et industriels ont compris que l’impunité n’est plus. A l’importation, les services de l’office se sont intéressés à 15,7 Mt de divers produits alimentaires. Ils ont délivré 51 500 certificats d’admission et refoulé 5 100 t pour non-conformité aux exigences réglementaires en vigueur. A l’exportation, ce sont 3,6 Mt, en hausse de 18% par rapport à 2015, qui ont été contrôlés. Il s’en est suivi la délivrance de 98 000 certificats sanitaires et phytosanitaires.

La totalité des établissements alimentaires seront agréés en 2017 et 2018

L’ONSSA a par ailleurs effectué le contrôle sanitaire de 690 millions de plans et de 850 000 tonnes de produits végétaux non alimentaires et substrats. La même procédure a été suivie pour 1,84 Mq de semences et 40 millions de plants. De plus, 654 000 t d’engrais et 53 000 t de pesticides ont fait l’objet d’un contrôle de conformité.

A l’importation, 18 860 animaux et 15 millions de poussins d’un jour et œufs à couver ont été auscultés par les agents de l’office.

Les actions de l’office vont bien en aval de la commercialisation. C’est ainsi que 874 nouveaux établissements de transformation, de conditionnement, de stockage et de commercialisation de produits alimentaires ont été agréés ou autorisés en 2016 et ce conformément à la loi. Depuis le démarrage du programme, 4 965 établissements ont été homologués. L’office compte poursuivre ce programme en 2017 et 2018 en vue de passer en revue l’intégralité des établissements alimentaires estimés à 7 800.