La hausse des prix fait chuter les ventes de pà¢tes

Les prix ont augmenté de 30 à  40% selon les types de produits et les marques

Des entreprises ont dû réduire leur temps de travail ainsi que leur production

La production locale est redevenue compétitive.

Les fabricants de pâtes alimentaires font grise mine.
Depuis le début de l’année, leurs ventes sont en baisse. S’ils ne font pas d’estimation de cet essoufflement, ils disent l’avoir ressenti dans leurs activités. La raison de cette situation est que les prix au consommateur ont augmenté de 30 et 40 % entre janvier et février 2008. «Contrairement à  l’huile, une denrée incontournable pour l’alimentation, qui continue à  bien se vendre malgré l’importante hausse de son prix, la demande de pâtes a baissé», souligne un industriel du secteur, les consommateurs n’ayant eu d’autre choix que de réduire leurs achats ou carrément se passer des pâtes. Il faut dire que le kilo de pâtes en vrac a atteint 10 DH au lieu de 8, il y a quelques mois. Pour les pâtes conditionnées, c’est 18 à  24 DH le kilo contre 10 à  15 DH auparavant.

L’augmentation est structurelle et «le Maroc comme les autres pays ne peuvent y échapper.
En France, le prix des pâtes a augmenté de 40 % depuis le début de l’année», explique-t-on dans le secteur. Raison de cette hausse, la flambée mondiale des cours du blé dur, ingrédient majeur dans la fabrication de pâtes. Mais la hausse des prix n’est pas la seule raison de la baisse d’activité. Pour les industriels, celle-ci est également due à  l’existence d’un important stock chez les grossistes qui se sont approvisionnés au début du cycle de hausse. Selon un opérateur, «plusieurs unités ont dû reprogrammer leurs cycles de production, notamment en réduisant ou les jours de travail et/ou les quantités fabriquées». «La situation est conjoncturelle, tempère-t-il, car, une fois leurs stocks liquidés, les grossistes devront s’approvisionner à  nouveau. Ce qui relancera les ventes». Toutefois, le prix continuera à  peser sur la demande, estime-t-on.

A quelque chose malheur est bon.
Si le volume de la demande se rétrécit, les importations devraient davantage accuser le coup que la production locale. En effet, les pâtes importées des Emirats Arabes Unis ou de Tunisie ne sont plus aussi compétitives qu’avant. Leur prix a pratiquement triplé ou quadruplé, selon le type de produit.
Compte tenu de cette flambée qui s’est déclarée un peu partout, les pâtes marocaines ne sont pas seulement devenues compétitives sur le marché domestique, elles le sont aussi à  l’étranger. Des entreprises seraient même sollicitées pour des exportations.