La hausse de 10% du Smig n’a servi qu’à  rattraper l’inflation

Depuis le 1er juillet, le Smig horaire est augmenté de 10.64 à  11.70 DH de l’heure. En tenant compte de l’inflation intervenue depuis la hausse précédente de 2009, il n’a évolué que de 1.5%.

Grâce à l’accord du dialogue social d’avril dernier, le Smig a augmenté, officiellement, de 15% à partir du 1er juillet 2011, avec toutefois une application étalée dans le temps : pour l’industrie, le commerce, les services, les professions libérales, et l’agriculture, 10% à partir du 1er juillet de cette année, et 5% un an plus tard. Pour le textile habillement, en revanche, l’augmentation est étalée sur trois ans, à raison de 2,5% par semestre !
Lorsque, au terme des échéances fixées, la hausse sera effective en totalité, le «smigard», si l’on suppose qu’il a travaillé 8 heures par jours, ou 44 heures par semaine, touchera 2 333 DH par mois, soit environ 300 DH de plus qu’avant le 1er juillet 2011. Mais dans tous les cas, et puisque le Smig est horaire, il doit percevoir, depuis le 1er juillet de cette année, 11,70 DH l’heure et, à partir de juillet 2012, 12,24 DH de l’heure.
La question est néanmoins de savoir si, en tenant compte du niveau d’inflation subi par les prix à la consommation depuis le dernier changement le 1er juillet 2009, le Smig a réellement été augmenté de 10% aujourd’hui !
En terme nominal, le Smig gagne en effet 10% depuis le 1er juillet en passant à 11,70 DH l’heure au lieu de 10,64 auparavant. Mais, en réalité, le Smig réel -déflaté donc- n’était que de 9,81 DH l’heure, comme on peut le lire dans l’épais rapport annuel de Bank Al-Maghrib rendu public récemment. Si on prenait comme base ces 9,81 DH de Smig réel, la hausse de 10% de juillet le ferait alors passer en réel à 10,79 DH de l’heure. Il faut alors rapporter ce montant aux 10,64 DH que percevait ledit smigard pour se rendre compte qu’en fait la hausse du Smig, en tenant compte de l’inflation n’a été que de 1,4%. En terme de pouvoir d’achat, le smigard n’a pas gagné grand-chose ! Il a grosso modo rattrapé le différentiel d’inflation.

Le Smig réel, inférieur au nominal depuis 2006

C’est sans doute pour cette raison que dans certains pays, comme la France, l’augmentation du salaire minimum est indexée sur le niveau de l’inflation. Certes, au Maroc, l’inflation est restée modeste depuis plusieurs années (autour de 2% en moyenne) ; en raison, en autres, des interventions publiques pour soutenir les prix, limitant, ou, même, annulant l’inflation importée aux travers des matières premières en particulier.
Mais, il faut quand même le dire, l’inflation alimentaire reste élevée et l’alimentation pèse encore pour 40% dans le panier de la ménagère moyenne. Entre août 2010 et le même mois de 2011, les produits alimentaires ont augmenté de 4% et entre juillet et août de cette année de 3,1%.
Dans tous les cas, depuis le milieu de l’année 2006, et jusqu’au deuxième trimestre de 2011, le Smig réel a évolué à un niveau inférieur au Smig nominal n    S.A.