La gestion des risques, une nécessité pour la viabilité des PME

La gestion des risques exige l’implication de tous les départements de l’entreprise. Une identification des risques internes et externes n’est pas suffisante si elle n’est pas accompagnée d’un traitement efficient.

Les entreprises marocaines prennent de plus en plus conscience de la nécessité d’intégrer la gestion des risques dans leur fonctionnement quotidien. Cela est devenu encore plus important dernièrement suite à la crise qu’a traversée le pays et ses conséquences sur plusieurs pans de l’économie. La PME est particulièrement concernée compte tenu de ses moyens souvent limités pour faire face à différents risques, qu’ils soient inhérents à son activité ou externes.

Il faut savoir tout d’abord que le risk management exige l’implication de tout le personnel d’une société et non seulement son top management. Et cette gestion commence par l’identification de l’ensemble des risques encourus, à l’instar de l’accentuation de la concurrence, la dégradation de la conjoncture, le non-achèvement des plans d’investissement, les évolutions technologiques, le changement des habitudes des clients, les retards de paiement…, et qui pourraient avoir un impact considérable sur l’activité et la rentabilité.

Dans un environnement en évolution continue, la PME a tout intérêt à adopter une démarche proactive. Elle est ainsi appelée à identifier les sources et événements potentiels, internes et  externes, qui influencent l’atteinte de ses objectifs pour ensuite évaluer leur impact, leur fréquence et leur degré de couverture. La simple identification des risques ne sert pas à grand-chose si elle n’est pas accompagnée d’un traitement adéquat. Il peut être matérialisé par des actions préventives ou correctives qui visent soit à diminuer la probabilité de l’occurrence d’un risque ou à limiter son impact lors de sa survenance. Plusieurs méthodes existent, pourvu qu’elles soient accompagnées d’une analyse des coûts et des avantages potentiels de chaque option.

L’expertise en matière de risk management n’est plus rare. Et c’est justement l’une des missions des banques. En effet, elles disposent des ressources humaines nécessaires et n’hésitent pas à prodiguer à leurs PME clientes les conseils nécessaires, ne serait-ce que pour trouver quelques solutions pour sécuriser les créances clients (affacturage par exemple). Il faut dire aussi que les banques ont développé bien des moyens pour améliorer le risk management des PME, à l’instar de la titrisation des créances, ou encore la gestion et le suivi des risques par l’asset-liability management. Il faut dire qu’une gestion des risques efficace prémunit non seulement la PME contre différents risques internes et externes, mais aussi la banque, dans la mesure où elle peut s’assurer de la solvabilité et de la viabilité de l’entreprise cliente.

En quoi les PME sont-elles concernées par la gestion des risques ?

Toute entreprise est exposée à des risques, c’est-à-dire à des évènements ou des faits dont la survenance entraînerait des conséquences négatives sur son activité. Si les grandes entreprises, compte tenu de leur taille, sont généralement équipées en matière de stratégie, ressources et méthodologie pour gérer leurs risques, ce n’est pas toujours le cas des PME. Pour autant, ces dernières sont exposées à des risques pouvant avoir un fort impact sur leur activité, et parfois même sur leur pérennité. Notons, à titre d’exemple, l’augmentation des coûts, l’insolvabilité des clients, la difficulté à recruter et fidéliser les ressources humaines clés ou encore des financements non accordés ou des plans d’investissements non menés à terme.

Quels sont les objectifs de la gestion des risques ?

La gestion des risques permet tout d’abord à la PME d’être consciente des risques qu’elle encourt compte tenu de son écosystème. Elle permet ensuite d’agir en amont dans l’objectif de sécuriser, voire améliorer sa performance et sa rentabilité. En effet, une gestion des risques efficace offre à la PME le moyen d’améliorer sa prise de décision, notamment pour le lancement d’un nouveau produit, d’optimiser l’allocation de ses ressources et le niveau d’investissement sur un projet donné… Par ailleurs, une PME dotée d’une stratégie de gestion des risques anticipera plus efficacement une éventuelle perte financière ou l’arrivée d’un nouveau concurrent et pourra même transformer ce risque en une opportunité «business».

Comment mettre en œuvre une démarche de gestion des risques au sein d’une PME ?

La gestion des risques passe d’abord par la définition des objectifs stratégiques et opérationnels de la PME. Ensuite, il convient d’identifier les risques pouvant constituer un obstacle pour l’atteinte de ces objectifs. Il faut savoir que le risque «zéro» n’existe pas. Quelle que soit la démarche de gestion des risques adoptée et aussi robuste et exhaustive soit-elle, la probabilité d’occurrence d’un risque est toujours présente. L’important est de s’y préparer en mode «proactif», pour bien le gérer une fois avéré en mode «réactif» et en tirer profit a postériori. Il convient donc de prioriser les risques identifiés en tenant compte de leur fréquence, probabilité et sévérité. Pour les risques les plus sensibles, un plan d’action d’atténuation doit être établi, accompagné d’un contrôle et suivi périodique.

L’entreprise peut-elle se faire accompagner dans la gestion de ses risques?

Oui, tout à fait, et cela dépend de la nature des risques. Par exemple, le banquier peut être un partenaire précieux de l’entreprise dans la gestion de ses risques de par son rôle de conseiller vis-à-vis de sa clientèle. Il ne faut pas hésiter à avoir recours à lui pour sécuriser ses créances clients par exemple, par le biais de service tels que l’assurance-crédit ou l’affacturage, ou encore pour challenger la viabilité économique de ses investissements.