La formation continue de 140 000 chauffeurs professionnels commence en avril

Cette première phase du programme de formation va durer de 2013 à  2016. Le budget de la première année sera financé par l’Etat. L’OFPPT devrait ouvrir des antennes dans les villes où il n’y a pas de centres de formation dédiés au transport.

Le ministère de l’équipement et du transport et le ministère des finances ont signé avec l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), jeudi 14 février, une convention pour le lancement du programme de formation continue des chauffeurs professionnels. La première phase du programme qui va s’étaler sur trois ans (2013-2016) concerne 140 000 conducteurs d’autocars et de camions sur plus de 300 000 conducteurs professionnels recensés, toutes activités confondues. Sont compris dans cette population, les chauffeurs de poids lourds et de taxis qui étaient en exercice avant le 1er octobre 2010, date de l’entrée en vigueur de la loi 52-05 portant Code de la route. Ces derniers doivent donc subir une formation continue pour pouvoir continuer à exercer au même titre que les nouveaux titulaires du permis, obligés de suivre une formation initiale qualifiante pour pouvoir accéder à la profession de conducteur professionnel.

On signale au niveau de l’OFPPT que conformément à l’article 310 du Code de la route, cette première formation continue obligatoire est financée par l’Etat. Pour la première année, le programme de l’OFPPT devrait toucher environ 32 000 conducteurs de camions et 3 000 conducteurs d’autocars. Avec la montée en charge du programme, il sera possible d’atteindre l’objectif des 140 000 personnes formées à l’horizon 2016, ce qui, nous précise-t-on, est possible une fois tout le processus de formation mis en place, c’est-à-dire la mobilisation des moyens humains et matériels, notamment les formateurs, les sites et la location des véhicules pour les épreuves pratiques.
En tout cas, l’OFPPT doit remettre d’ici la fin du mois de mars prochain au ministère de l’équipement et du transport le contenu des formations à dispenser et les moyens à mettre en œuvre, conformément aux référentiels fixés par l’arrêté ministériel du 23 décembre 2010 relatif à la conduite professionnelle.

Les formations durent de 21 heures à 35 heures

Les durées de formation pour ces conducteurs sont de 21 heures, dont 1 h 40 min de pratique individuelle sur route pour le transport de marchandises, et 35 heures, dont 2 h 30 min de pratique pour le transport routier de voyageurs.
Le cursus de formation est réparti en trois axes. Le premier porte sur ce que l’arrêté du ministre de l’équipement et du transport qualifie de «conduite rationnelle axée sur les règles de sécurité», à savoir les caractéristiques du véhicule et des organes de sécurité, l’apprentissage ou le perfectionnement pour une conduite sûre et économique, le strict respect des consignes de sécurité et l’application pratique en situation difficile. Le deuxième axe a trait à la réglementation relative à la santé, la sécurité routière et la sécurité environnementale, c’est-à-dire les dispositions spécifiques au transport de voyageurs et de marchandises au niveau national et international ainsi que les accidents du travail. Le troisième comprend une formation pour améliorer la qualité du service, la communication et le comportement commercial des conducteurs, la sûreté du voyageur et la gestion des situations difficiles.

Dans le cas présent, l’OFPPT devra établir annuellement un programme prévisionnel de mise en œuvre des cursus de formation continue avec le nombre de personnes à former, la répartition selon les régions en garantissant une accessibilité géographique satisfaisante pour les candidats et le nombre de véhicules à mobiliser. Ceci, sans parler de la formation des chauffeurs de taxis pour laquelle il coopère avec les wilayas. Certes, l’office n’a pas des établissements de formation dédiés au transport dans toutes les régions du Maroc, mais il est en mesure de mobiliser pour cette cause tout son réseau en y ouvrant des antennes. Ce réseau compte en effet 327 établissements couvrant l’ensemble des régions, dont trois établissements dédiés au secteur du transport à Casablanca, Tanger et Agadir et un quatrième en cours d’achèvement à Taourirt. Le tout permet d’accueillir plus de 3 000 stagiaires dans les métiers du transport et de la logistique. D’autres établissements sont programmés par l’office à Casablanca, Tanger Med, Fès et Benguerir.