La filière oléagineuse se porte bien

La campagne en cours a permis de réaliser 16 000 hectares de tournesol pour une production attendue de 18 700 tonnes. Les industriels se sont engagés à  acheter toute la récolte de colza et de tournesol à  prix garanti de 5 000 DH la tonne.

Plus d’un an après la signature de son contrat programme, la filière oléagineuse se comporte plutôt bien. En effet, sur le terrain, les conditions de déroulement de la campagne agricole, notamment les pluies de fin de printemps, ont permis de réaliser 16000 hectares de tournesol contre 17 000 hectares en 2013. La production attendue en fin de campagne étant de 18 700 tonnes. Il faut dire que la superficie de tournesol reste souvent très variable puisqu’elle est pratiquée généralement à la dérobée lorsque les conditions climatiques, notamment l’excès d’eau ou la sécheresse de début du cycle, affectent la saison céréalière. Cette superficie peut atteindre plus de 50 000 hectares.

Pour l’arachide, la superficie est restée globalement stable et vient en rotation avec d’autres cultures de printemps. Cela dit, selon les spécialistes, la culture d’un hectare de tournesol, en mode intensif, avec des semences hybrides et selon les méthodes de cultures modernes est estimée à environ 2 800 DH. Sur cette base, le Crédit Agricole du Maroc peut financer jusqu’à 90% avec des taux d’intérêt très intéressants. Selon des sources à l’interprofession des cultures oléagineuses (FOLEA), la fédération est aussi en négociation avec la MAMDA pour pouvoir assurer cette culture contre les aléas climatiques, à l’instar des cultures céréalières.

Par ailleurs, le prix d’achat du tournesol pour l’année en cours est garanti à 5 000 DH la tonne. Ce prix a été fixé en collaboration avec le ministère de l’agriculture. Aussi, toutes les quantités produites de colza et de tournesol seront-elles achetées par les industriels qui s’y sont engagés à travers leur fédération ?

Rappelons que le contrat programme signé en avril 2013 entre le gouvernement et la FOLEA vise plusieurs objectifs, notamment l’extension et la diversification des superficies réservées aux cultures oléagineuses pour atteindre 127 000 ha dont 85 000 ha de tournesol et 42 000 ha de colza, l’amélioration des rendements pour atteindre une moyenne de 18 quintaux à l’hectare pour le tournesol contre 11 actuellement et de 20 quintaux à l’hectare pour le colza. Il vise également l’augmentation de la production d’huile alimentaire pour atteindre 93 000 tonnes en 2020 contre une moyenne de 8 actuellement, et enfin l’augmentation du taux de couverture des besoins en huile à partir de la production nationale pour atteindre 19% en 2020 contre 2% en moyenne actuellement.