La Fédération nationale du tourisme planche sur trois gros dossiers

Elle a tenu son conseil d’administration le 16 décembre.
Au menu : le 2e congrès du tourisme, le Moroccan Travel Market et la Vision 2020.

La Fédération nationale du tourisme (FNT) a tenu son conseil d’administration le 16 décembre avec au menu, et dans un contexte de crise que vit le secteur, trois dossiers importants : le 2e congrès du tourisme (Assises nationales), le Moroccan Travel Market (MTM) et la Vision 2020.
Le congrès du tourisme qui se déroulera cette année le 14 janvier, au Palais des Congrès de Marrakech, sera axé sur la promotion touristique, avec une présentation de la stratégie de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) pour l’année 2010 et l’organisation d’ateliers thématiques consacrés, entre autres, à la crise qui sévit dans le secteur du tourisme, à la promotion régionale et au commerce.
A propos du salon Moroccan Travel Market (MTM), la FNT, déjà partenaire lors de la précédente édition, a signé, à l’instar du Conseil régional du tourisme (CRT) de Marrakech et de l’ONMT, une convention avec International Fairs and Event, filiale du groupe Rahal, organisatrice du salon. L’idée est de soutenir cette manifestation qui en est à sa troisième édition. En tout cas, du scepticisme affiché par de nombreux professionnels lors de son lancement en 2008, il ne reste plus rien. Mieux encore, l’idée d’organiser le MTM de manière tournante dans plusieurs villes semble déjà intéresser Casablanca dont le CRT réclame l’édition suivante. Cette année, les organisateurs du MTM s’attendent à plus de 13 000 visiteurs professionnels venus des quatre coins du globe.

Développement maîtrisé
En tout cas, le fait qu’il soit soutenu financièrement par l’ONMT et qu’il ait l’appui de différentes instances professionnelles devrait assurer sa pérennité.
S’agissant de la préparation de la Vision 2020 dont le plan d’action devrait être décliné avant la fin de l’année, peu d’informations ont filtré. On sait seulement que les travaux seront consacrés au développement d’un tourisme durable, responsable et maîtrisé et à la promotion des régions conformément aux directives royales. 
Une cartographie de ces  nouvelles destinations régionales a été déjà établie et les futurs pôles touristiques identifiés. D’ailleurs, certaines régions à grand potentiel touristique s’imposent d’elles- mêmes. Ainsi, des régions de Fès et Meknès, avec leur arrière-pays, qui seront à coup sûr intégrées dans le plan d’action de la Vision 2020. Après tout, ces villes pourraient avoir le même développement que Marrakech, dans la mesure où elles disposent d’atouts similaires : climat continental, arrière-pays montagneux, et surtout une histoire qui n’a rien à envier aux autres villes impériales.
Mais l’idée est de maîtriser le processus de développement de ces villes, ce qui n’a pas toujours été le cas pour Marrakech où le rythme de construction semble difficile à freiner.