La CTM élargit son réseau de commissionnaires

Elle a signé une convention avec la société M2T, qui vendra désormais ses produits.

Le nombre de places vendues connu en temps réel.

Le plan d’action de la CTM, initié en 2005 pour redresser la situation financière et rehausser l’image de l’entreprise, est en train de réussir, selon les dires de son PDG, Mohamed Bouda. La mise à  niveau des ressources humaines et du matériel roulant étant achevée, la direction se concentre désormais sur sa billetterie nationale et internationale. Pour cela, une réorganisation des agences a été opérée, la compagnie n’ayant gardé qu’une quinzaine de points de vente stratégiques, renforçant la sous-traitance de la vente par les commissionnaires. Une convention vient d’être signée dans ce sens, il y a quelques jours avec M2T (Maroc traitement de transactions) pour la commercialisation de tous les produits CTM à  travers le réseau Espace services de la dite société dans le pays, moyennant commission. Cette convention porte aujourd’hui le nombre de commissionnaires de la CTM à  une centaine, ce qui constitue une force de vente plutôt impressionnante pour une entreprise de transport. Toutes les agences sont reliées au système d’information qui permet de voir en temps réel la disponibilité des places, ce qui permet de fidéliser la clientèle.
Les espaces services de M2T doivent afficher une signalétique des produits CTM, sous forme de stickers fournis par le transporteur.

Une signalétique CTM au niveau des espaces services M2T
Le commissionnaire devra dans tous ses points de vente, dont il assure l’entretien, respecter les règles d’exploitation de la CTM, notamment les horaires d’ouverture fixés par la compagnie, conformément à  l’exploitation de ses lignes. Ces horaires peuvent être modifiés si la CTM le juge utile pour optimiser l’exploitation d’un trajet ou d’une desserte. Par ailleurs, toute campagne de communication relative aux produits CTM dans le réseau Espaces services doit recevoir l’aval de la compagnie de transport.

S’agissant des recettes, M2T s’engage, selon la convention, à  les verser à  la CTM, après déduction de la commission convenue, chaque mardi, par virement bancaire, et tout retard sera sanctionné par une pénalité calculée sur la base des taux bancaires journaliers en vigueur, majorés de deux points.
Enfin, le contrat entre les deux sociétés pourra être résilié de plein droit par la CTM, sans qu’aucune mise en demeure ne soit nécessaire, en cas d’entorse aux règles d’exploitation, de non-respect de l’exclusivité ou si les recettes ne sont pas versées, au moins durant quatre semaines…