«La croissance d’Aradei Capital va sans doute l’amener à ouvrir son capital»

Aradei Capital est une foncière d’investissement détenue à 57% par le groupe Label’vie aux côtés d’autres actionnaires tels que la BERD, Sanam Holding et Best Financière. La foncière, qui détient une réserve sécurisé de 32 ha à travers le Royaume, étudie le passage au statut d’OPCI.

Aradei Capital est spécialiste de l’immobilier commercial. Depuis l’entrée de la BERD dans son capital, Aradei Capital est gérée par une société indépendante: Reims Partners. Son portefeuille est composé de galeries commerciales, de centres commerciaux, d’actifs mono-locataires et d’actif industriel. Le property management et le développement sont assurés par sa filiale Aradei Real Estate Services. En somme, les ressources d’Aradei Capital dépassent 150 personnes dans les métiers de gestion et l’immobilier. Nawfal Bendefa, président-directeur général d’Aradei Capital, dévoile le plan d’investissement ainsi que les ambitions de la foncière d’investissement.

Aradei Capital est souvent associée au Groupe Label’vie. Qu’en est-il vraiment ?
Le Groupe Label’Vie est l’un des actionnaires principaux d’Aradei Capital, aux côtés de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), Sanam Holding et Best financière. Cependant, le groupe Label’Vie ne consolide pas Aradei Capital dans ses comptes financiers même s’il détient 57% du capital. Aradei Capital est en réalité gérée à travers Reims Partners, une société de gestion indépendante. Label’Vie est pour sa part un partenaire historique d’Aradei Capital avec lequel elle a réalisé de nombreux projets accueillant les enseignes Carrefour Market, Carrefour et Atacadao. Label’Vie demeure le locataire principal de la foncière (autour de 50% de la superficie actuelle d’Aradei Capital) et un partenaire stratégique pour l’ensemble de nos futurs projets. Notre partenariat, notamment dans la réalisation de projets grands formats, continue de se renforcer. A cette date, cinq projets sont en cours d’exécution dans lesquels le Groupe Label’Vie sera présent à travers l’une de ses enseignes Carrefour.

Pourquoi avoir fait le choix d’un mode de gestion à travers la société indépendante Reims Partners ?
L’indépendance de la société de gestion est la clé pour la gouvernance mise en place. C’était une condition clé imposée par les investisseurs et notamment la BERD lors de son entrée dans le capital d’Aradei Capital en 2015. En outre, ce mode de gestion est conforme aux standards internationaux des OPCI.

A qui confiez-vous le Property Management et le développement ?
Le property management et le développement sont assurés par Aradei Real Estate Services, filiale d’Aradei Capital. Son savoir-faire s’étend de la planification en amont des projets à l’exploitation des actifs. Cette filiale gère notamment les études, la gestion des centres, le marketing et la commercialisation.

n Ayant évoqué les OPCI, avez-vous entamé la procédure de transformation? Quelles opportunités vous ouvre cet outil d’investissement ?
Nous avons depuis près de 5 ans adopté une gouvernance et un mode de gestion conformes aux standards internationaux des OPCI. Nous nous réjouissons que la législation au Maroc soit entrée en vigueur. Nous analysons de près le statut des OPCI. Notre priorité est d’établir une foncière de référence sur la place et de continuer notre plan de développement quel que soit notre cadre juridique. Aujourd’hui, la foncière gère un patrimoine immobilier de plus de 4,5 milliards de dirhams. Dans ce métier, la taille est importante pour la stabilité et la résilience du rendement pour nos actionnaires. Aradei Capital continue de mettre l’accent sur la croissance.

En termes de taille, Aradei Capital détient 29 actifs, soit une surface commerciale de 255 000 m2 au Maroc, principalement dans l’immobilier destiné au commerce. Envisagez-vous une diversification ?
Nous sommes présents sur l’ensemble du territoire national, avec des actifs dans plus de 15 villes du Royaume. On peut en citer Casablanca, Rabat, Marrakech, Agadir, Salé, Taza, Fès, Meknès, Safi, Oujda, Berkane, El Jadida… En plus des actifs détenus dans l’immobilier commercial, nous avons acquis un actif industriel à Meknès, entièrement loué au Groupe Yazaki. Désormais, la foncière détient quatre catégories d’actifs : centres commerciaux, galeries commerciales, actifs mono-locataires et actif industriel. D’autres vecteurs de diversification sont envisagés. Des opportunités sont en cours d’étude dans les bureaux, l’hôtellerie et d’autres secteurs. Pour le moment, nous n’excluons aucune possibilité dont le rendement et la rentabilité sont intéressants pour nos actionnaires.

Quels sont les chantiers en cours de réalisation ainsi que les ouvertures programmées ?
Le plan d’investissement lancé par Aradei Capital a permis d’accélérer le développement de six projets répartis entre plusieurs villes du territoire national. Deux extensions d’ensembles commerciaux sont en cours à Marrakech (Targa) et à Agadir. De plus, trois ensembles commerciaux seront ouverts à Inezgane, El Jadida et Témara. Enfin, nous ouvrons bientôt Sela Plaza à Dar Bouazza. Notre portefeuille est continuellement en évolution. En somme, 61 000 m2 sont en cours de construction. D’autres projets seront annoncés prochainement.

Pouvez-vous nous donner plus de détails sur Sela Plazza, le projet de Dar Bouazza (partenaires, marques, rentabilité attendue…) ?
Ce projet a été pensé pour répondre aux besoins de la communauté de Dar Bouazza. Sela Plaza proposera une offre diversifiée en loisirs, en services et en commerces. Dar Bouazza étant une zone en forte expansion, la demande y est croissante pour ce type de commerces structurés. La locomotive Carrefour a déjà ouvert ses portes. Des enseignes telles que Mr Bricolage ou encore Burger King s’apprêtent à ouvrir leurs portes.

En fin d’année 2018, Aradei Capital a clôturé́ avec succès l’émission d’un emprunt obligataire d’un montant de 600 MDH. Quel est votre plan d’investissement ?
Cette première opération d’appel public à l’épargne lancée pour financer une partie de notre plan d’investissement a connu un bel engouement. Les projets annoncés sont en cours de réalisation. Sela Plaza de Dar Bouazza était le premier projet concerné par ce financement. Dans le cadre de la réalisation du plan d’investissement, plus d’un milliard de dirhams ont été engagés sur de nouveaux projets. Ces investissements ont pour objectif d’accélérer la croissance de la foncière et d’accompagner la diversification de son portefeuille. Par ailleurs, notre foncier est sécurisé et ne nécessite pas de nouveaux investissements. A noter qu’Aradei Capital possède une réserve foncière sécurisée de 32 ha à travers le Royaume, dont une grande partie au cœur des quartiers névralgiques de Casablanca. Nous avons la capacité de nous implanter dans des zones à fort potentiel de développement de GLA.

Outre cet emprunt obligataire, envisagez-vous d’autres sorties sur le marché ?
Oui, certainement. Nous sommes fortement sollicités. La foncière est en plein essor. Sa croissance va sans doute l’amener à ouvrir le capital.