La consommation de gasoil en hausse de 3,3%

La diésélisation du parc automobile relègue l’essence au second plan.

Selon les dernières statistiques du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM)(1), la consommation de produits pétroliers en 2003 a atteint 6,2 millions de tonnes métriques, en hausse de 1,8% par rapport à 2002.
En 2003, le marché a enregistré une croissance modeste par rapport à celle du PIB (produit intérieur brut) qui a atteint 5,6% en 2003 par rapport à 2002. La corrélation entre ces deux données est donc difficile à établir.
Les évolutions sont différenciées. Le marché automobile reste caractérisé par la diésélisation du parc. La consommation des essences super et ordinaire a baissé
(-4,7%) alors que celle du gasoil a progressé (+3,3%), à l’image des ventes de véhicules, plus axées sur le diesel que l’essence. Le différentiel de prix des deux carburants à la pompe – près de 3 DH- en est la principale raison.
Quant au fuel, ses ventes ont progressé de 2,2% en 2003 par rapport à 2002, à 1,2 million de tonnes métriques. Cette hausse de la consommation provient, selon les observateurs, de la croissance de la production électrique de l’ONE.

Croissance de 8% de la consommation électrique

En effet, selon les chiffres de la Direction de la politique économique générale (DPEG), le rythme d’accroissement annuel de l’énergie électrique appelée (demande) est passé de 5,1% à fin décembre 2002 à 8% à fin décembre 2003. Cette croissance de la consommation de l’énergie électrique est également en relation avec l’électrification rurale qui a bénéficié d’un investissement, en 2003, de 1,1 milliard de DH, sur un budget d’investissement global, supporté par l’Office national de l’électricité (ONE), de 3,2 milliards de DH.
De son côté, le GPL (gaz de pétrole liquéfié) a enregistré une hausse importante de 6,1% en 2003 par rapport à 2002, à près de 1,2 million de tonnes métriques. Dans cette catégorie, le butane constitue la plus grande part. La consommation en a enregistré une croissance de 7% en 2003, en comparaison à 2002.
Enfin, l’évolution des importations de produits pétroliers a été marquée par la mise hors-service de certaines sections de la raffinerie Samir, suite aux incendies de novembre 2002. Selon l’Office des changes, les importations d’huile brute de pétrole ont connu une baisse de 27,8% en volume alors que celles des produits raffinés dont le gasoil et le fuel ont augmenté de 173%. De même, les exportations de produits énergétiques ont enregistré un repli de 64,8% entre 2002 et 2003 n

(1) Les chiffres mentionnés ne concernent que les sociétés membres du GPM, qui représentent toutefois l’essentiel du secteur.