La CNSS relance la gestion déléguée de ses polycliniques pour s’en dégager d’ici fin 2012

Un comité ad hoc mis en place début mars. Le cahier des charges pour la désignation d’une banque conseil est en préparation. L’appel d’offres pour le choix du gestionnaire délégué sera lancé en juillet prochain.

La Caisse nationale de la sécurité sociale relance le projet de la gestion déléguée de ses treize polycliniques. La réouverture de ce dossier mis en veilleuse depuis 2008 à la suite du non-aboutissement du premier appel d’offres lancé en septembre 2006, s’impose aujourd’hui car la caisse, tenue par les dispositions légales, doit se désengager de la gestion des unités médicales avant décembre 2012. Pour ce faire, elle a créé, début mars, un comité de pilotage présidé par le directeur général, Saïd Ahmidouch, selon un responsable du Pôle des unités médicales. Une première réunion a été tenue, lundi 12 mars pour la préparation du cahier des charges de la banque d’affaires qui doit accompagner la caisse dans le projet de gestion déléguée.

Encore 9 mois pour trouver un repreneur

Lors du premier appel d’offres, la CNSS n’avait pas prévu de se faire accompagner par une structure spécialisée dans la gestion de tels dossiers. «Cette fois-ci, nous jugeons utile de nous appuyer sur un financier pour mener à bien les discussions avec les partenaires», indique une source proche du dossier.  Cette première étape sera bouclée d’ici la fin juin 2012. S’ensuivra le lancement de l’appel d’offres relatif au choix du futur gestionnaire des polycliniques.
La CNSS réussira-t-elle à boucler ce projet avant le 31 décembre 2012 ? Les syndicats, administrateurs des polycliniques, sont dubitatifs car «le volet financier est compliqué en raison de la situation des polycliniques qui enregistrent, depuis quelques années, une baisse d’activité», commente une source syndicale. C’est d’ailleurs cette situation financière compliquée qui avait fait avorter en 2008 les négociations, au stade final, avec le groupe espagnol USP Hospitales. Les discussions avaient achoppé, entre autres, sur les conditions financières de l’opération (redevances à verser, prise en charge du déficit des polycliniques, poids des charges salariales…). En plaçant la barre très haut, le prétendant voulait en quelque sorte se prémunir contre tout risque de ne pouvoir honorer ses engagements vis-à-vis de la caisse eu égard à l’état des comptes des polycliniques.
Aujourd’hui, il semble, en dépit des doutes des syndicats, que la situation s’est bien améliorée. L’arrêté des comptes de l’exercice 2011 n’est pas encore terminé, mais un redressement avait bien été amorcé au cours des trois années précédentes. A en croire le Pôle des unités médicales de la CNSS qui signale qu’une subvention de 140 MDH a été accordée aux polycliniques au titre de l’année 2011 et que la nouvelle stratégie a permis une amélioration du chiffre d’affaires des polycliniques. Celui-ci est passé de 392 MDH en 2009 à 489 MDH en 2010, soit une hausse de 24,7% et 2011 assure-t-on sera meilleure en termes de réalisations. On retiendra aussi une augmentation du nombre de patients admis dans ces unités médicales qui est passé de 642 000 à 662 000 personnes, soit une amélioration de 3,1%.