La CNOPS décentralise le traitement des dossiers en vue de l’AMO

16 antennes régionales seront ouvertes en 2006

Refonte du système d’information, site web, centre d’appel, une véritable mise à niveau engagée.

LaCaisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) se met à l’heure de l’AMO (Assurance maladie obligatoire) en vue de pouvoir répondre efficacement à la demande des fonctionnaires. Plusieurs chantiers visant la mise à niveau et la modernisation de cet organisme et inscrits dans son «Plan d’action stratégique» sont aujourd’hui lancés. L’un d’eux est vital. En effet, comme toutes les autres caisses de retraites, la CNOPS est confrontée à un problème structurel d’équilibre financier. Elle doit, selon le plan adopté, procéder à l’amélioration de sa gestion notamment par l’assainissement de ses dettes, la séparation des comptes du régime obligatoire de ceux du régime facultatif et la création des comptes AMO. Ces derniers sont en fait déjà créés et les cotisations encaissées depuis le 18 août jusqu’à la fin novembre 2005 s’élèvent à 273 MDH. L’Etat a également versé la dernière tranche de la subvention de 360 MDH sur laquelle il s’est engagé en mai 2002, sur une période de 3 ans.
Cependant, le directeur général de la CNOPS, Abdelaziz Adnane, ne manque de souligner que certaines mesures de l’AMO impacteront l’équilibre financier, encore fragile, de la caisse. Avec l’entrée en vigueur de ce système de couverture, elle doit faire face à des engagements importants en raison de l’élargissement du panier de soins puisque le nombre des maladies graves de longue durée est passé de 31 à 41. S’y ajoutent la prise en charge à vie des handicapés, la garantie d’une prise en charge totale pour certains patients et l’extension de la couverture médicale à toutes les conjoints (auparavant, en cas de polygamie, seule la première épouse en bénéficiait). A cela s’ajoute le fait que les départs volontaires auront un impact négatif sur les cotisations. Le manque à gagner est estimé entre 90 à 93 MDH par an.

Des guichets AMO au sein des mutuelles
Heureusement, le patron de la CNOPS signale que la mise en place d’une liste limitative de médicaments remboursables permettra à la CNOPS de réaliser des économies intéressantes. L’application d’une tarification de référence nationale et l’unification des conventions avec les prestataires de soins vont aussi se traduire par une rationalisation des dépenses des gestionnaires de l’AMO.

Au-delà de l’aspect financier, le plan d’action stratégique prévoit une réorganisation de la caisse. Aujourd’hui, le traitement des dossiers est centralisé à Rabat, ce qui occasionne beaucoup de désagréments pour les patients et une gestion lente et lourde des dossiers. Pour remédier à cela, l’heure est à la décentralisation des structures. En 2006, il est prévu l’ouverture de 16 antennes régionales. L’implantation des antennes se fera sur la base de critères divers, notamment l’existence de l’offre des soins, l’existence d’un CHU et la densité des assurés. Les premiers bureaux régionaux verront le jour à Laâyoune, Agadir, Oujda, Meknès et Fès.

L’ouverture de bureaux dans les hôpitaux est également prévue et des négociations sont en cours avec les 3 principales mutuelles membres de la CNOPS ( la Mutuelle générale, l’OMFAM et la Mutuelle de l’Education nationale). «Cette réorganisation ne coûtera rien à la CNOPS puisque les locaux existent déjà et seront affectés à ces antennes en fonction d’un cahier des charges précis discuté avec les mutuelles. Pour les ressources humaines, il y aura un redéploiement du personnel des mutuelles et les recrutements seront aussi effectués en cas de besoin», confie le DG de la CNOPS. Il importe de signaler que cet organisme a déjà des bureaux dans les CHU Ibn Sina, Ibn Rochd, l’hôpital militaire, l’hôpital Cheikh Zaid et l’Institut Pasteur.

Enfin, toujours pour une gestion transparente de l’AMO, la CNOPS investit 34 MDH pour la refonte totale de son système d’information. Cette enveloppe couvrira l’achat d’un progiciel pour le traitement des dossiers et des outils statistiques afin de répondre aux exigences de l’ANAM (l’Agence nationale de l’AMO) ainsi que la mise en place de centres d’appel. Un site web destiné aux assurés est opérationnel depuis quelques jours. Il permet de communiquer toutes les informations relatives à la situation des assurés et aux prestations offertes par la CNOPS. Ces actions seront vulgarisées par une large campagne de communication qui devra démarrer en mai prochain.