La CIMR veut attirer 2 000 PME en 2009

Son offre s’adresse aux entreprises dont l’effectif est égal ou inférieur à  50 salariés
Les affiliés potentiels peuvent choisir entre onze taux de cotisation
Les entreprises déjà  affiliées à  la CIMR ne sont pas concernées.

Les petites et les moyennes entreprises, c’est-à-dire l’essentiel du tissu productif du pays, n’ont plus vraiment de raisons pour ne pas améliorer le niveau de vie de leurs salariés, une fois partis à la retraite. Bénéficiant le plus souvent de la seule retraite CNSS, dont la cotisation est plafonnée à 6 000 DH par mois, les salariés des PME-PMI partent dans le meilleur des cas avec une retraite d’environ 4 200 DH.
La Caisse interprofessionnelle marocaine des retraites (Cimr) vient justement de lancer un produit qui paraît tout à fait adapté aux possibilités de celles dont l’effectif est inférieur ou égal à 50 salariés. La CIMR leur offre la possibilité de cotiser, pour une retraite complémentaire, sur la tranche du salaire supérieure au plafond de la CNSS (c’est-à-dire 6 000 DH). L’entreprise qui accepte de souscrire à cette offre peut, suivant ses possibilités, choisir entre 11 taux de cotisation : de 6% jusqu’à 12% pour la part salariale ; la part patronale étant, elle, majorée de 30 % (7,80% au lieu de 6%, 9,10% au lieu de 7%, etc.).

Les 2/3 des entreprises sondées sont favorables à l’offre
Autre facilité que comporte cette offre, selon Jaouad Tadlaoui, directeur commercial à la CIMR, l’entreprise a tout le loisir de moduler les taux de cotisations en fonction des catégories de son personnel : elle peut, par exemple, choisir un taux pour les cadres, et un autre taux pour les employés ou les agents, etc. «C’est vraiment pour tenir compte des moyens de chaque entreprise», souligne M. Tadlaoui.
Une précision, toutefois : les entreprises, petites ou moyennes, qui cotisent déjà pour leurs salariés au titre de la retraite complémentaire ne peuvent en aucun cas basculer vers ce nouveau produit. Le contraire est évidemment vrai !
Pour l’année 2009, la CIMR vise une adhésion de quelque 2 000 entreprises. Et cet objectif n’est pas hors de portée, bien au contraire, estime Jaouad Tadlaoui, qui rappelle que l’étude de marché réalisée par un cabinet spécialisé avant le lancement de ce produit «montre que les 2/3 des entreprises sondées ont exprimé leur prédisposition à l’adopter».
Une observation mérite cependant d’être formulée : les entreprises du secteur formel sont au nombre de 106 000 à fin 2008, selon les statistiques de la CNSS. Elles ont déclaré 2 millions de salariés dont seulement 10% gagnent plus de 6 000 DH. Or, les bénéficiaires de la retraite complémentaire de la CIMR sont aujourd’hui au nombre de 250 000, soit un peu plus que les 10% couverts par la CNSS et touchant plus de 6 000 DH. Statistiquement, on peut penser que la cible de l’offre PME est déjà dans les registres de la CIMR. En fait, seule l’épreuve du terrain est à même de confirmer ou d’infirmer ce constat.