La Centrale automobile chérifienne convoitée par un groupe émirati

Les négociations avec le potentiel investisseur seraient très avancées. Le concessionnaire devrait permettre au repreneur de prendre pied sur le continent.

Décidément, Maroc Telecom n’est pas la seule entreprise marocaine convoitée par les Emiratis ! Un autre fleuron de l’économie nationale, certes de taille moins importante, fait également l’objet de convoitises de ces investisseurs venus du Golfe. La Centrale Automobile Chérifienne, c’est d’elle qu’il s’agit, devrait en effet passer prochainement dans le giron d’un grand groupe des Emirats Arabes Unis. Du moins, si les négociations aboutissent. Victor El Baz, PDG du concessionnaire automobile, confirme que «les négociations sont en cours avec un investisseur», mais se refuse toutefois à donner plus de détails sur ce dossier. En fait, selon nos sources, les négociations seraient très avancées et le groupe en question pourrait bien être un holding qui dispose de plusieurs investissements dans différents secteurs dans le monde. Il s’agirait pour le groupe de prendre pied en Afrique à travers le concessionnaire marocain. Il faut dire que CAC est une cible qui pourrait s’avérer intéressante. Et pour cause, elle dispose de cartes assez convoitées à l’image de Volkswagen, Seat, Skoda ou encore Porsche. La plupart de ces marques ont clôturé l’exercice 2012 sur des performances commerciales à deux chiffres (13,97% pour Volkswagen, 49,9% pour Seat et 70,94% pour Skoda).

La situation financière du concessionnaire est solide

Au-delà de la CAC, les performances globales du secteur de l’automobile au Maroc sont séduisantes. Certes, on est loin des hausses record auxquelles le secteur nous a habitués ces dernières années. Mais l’année 2013 devrait tout de même s’achever sur une note positive, confirmant ainsi la bonne santé des concessionnaires, et ce, en attendant l’année 2014. En effet, sur le marché marocain, les années paires sont synonymes de Salon de l’automobile, un évènement qui à lui seul stimule généralement les ventes du secteur.
Par ailleurs, il est à noter que les dernières données disponibles auprès du CDVM sur le concessionnaire, arrêtées à fin juin 2011, font ressortir un niveau de capitaux propres dépassant les 600 MDH pour un capital social de seulement 24 MDH. Le niveau d’endettement de la société reste très maîtrisé, de quoi laisser l’opérateur envisager ses projets d’investissements futurs sous de bons auspices. En effet, bien que les négociations pour une cession soient en cours, la société ne remet pas en cause ses projets, avec notamment l’ouverture prochaine de nouveaux showrooms et l’introduction prochaine d’une nouvelle carte, notamment Bugatti pour laquelle les discussions seraient également en cours.