La caravane OCP chez les maraîchers de Chaouia-Ouardigha

Cette année, elle sillonnera la Haute Moulouya (Aghbalou Nserdane), la région de Rabat, le Gharb, le Saiss, l’Oriental et le Doukkala-Abda. Plus de 2 000 petits exploitants seront sensibilisés.

En partenariat avec le ministère de l’agriculture et les principaux distributeurs d’engrais, le Groupe OCP et sa fondation ont organisé, mardi 18 mars à Jakma, au profit des maraîchers de la province de Chaouia-Ouardigha, une journée sous le thème «Un partage d’expertises pour une meilleure performance de l’agriculture nationale». Cette journée est inscrite dans le cadre de la caravane OCP initiée en 2012 pour vulgariser les bonnes pratiques agricoles et sensibiliser les petits agriculteurs à une utilisation raisonnée des engrais. La caravane s’est arrêtée dans 34 stations et a ciblé les principales productions cultivées au Maroc, en attendant de s’étendre aux autres. Ainsi, après les céréales et légumineuses 2012 et 2013, les fruits et légumes 2013 et l’olivier 2013, elle sillonnera cette année la Haute Moulouya (Aghbalou Nserdane), Rabat Gharb Loukkos (Laaouamra), Saiss Meknès (El Hajeb), l’Oriental (Berkane) pour clôturer cette édition dans la région de Doukkala-Abda à El Jadida. Durant ce périple, plus de 2 000 exploitants agricoles des zones maraîchères nationales, avec une attention particulière pour les petits, seront touchés.

Toutes les études ont montré que la consommation marocaine d’engrais ne dépasse pas 900 000 tonnes, alors que les besoins potentiels sont évalués à 2,6 millions de tonnes. En outre, cette consommation est mal adaptée à certaines cultures. C’est dans le but de remédier à ce décalage que les organisateurs font appel à des spécialistes marocains (professeurs, chercheurs, agronomes, etc.) pour exposer aux producteurs, dans un langage accessible, les rudiments scientifiques de la fertilisation et de la production agricole. Ces exposés bien illustrés permettent, entre autres, de montrer comment rationaliser l’utilisation des éléments fertilisants. L’importance des analyses du sol a été soulignée ainsi que le recours à la carte de fertilité des sols disponible sur internet (fertimap.ma) pour déterminer ses besoins en engrais selon sa région, la culture envisagée, etc.

Partenariat entre le groupe OCP et les distributeurs d’engrais

A ce jour, 14 distributeurs privés opèrent sur le marché marocain mais rien n’empêche l’augmentation de leur nombre. Il faut rappeler que, avant 2012, l’activité de ces distributeurs se limitait le plus souvent à la revente. Aujourd’hui de par un «contrat-package» signé avec le groupe et la fondation, ils ont l’obligation d’accompagner les agriculteurs en se conformant à un cahier des charges précis. Le groupe leur consent une aide financière, en plus de l’aide octroyée pour réduire le coût des engrais importés. Ce partenariat a permis la création de nombreux emplois par ces distributeurs dont des ingénieurs agronomes. Pour sa part, l’OCP a aussi recruté des ingénieurs et continue de le faire, a souligné Houssein El Corno, directeur des ventes du groupe, A une question de La Vie éco sur l’évaluation de la caravane, Houssein El Corno et Nawfel Roudies, adjoint du directeur Programme de développement agricole à la fondation, ont indiqué qu’un bilan qui sera présenté lors du SIAM 2014 est en cours de préparation. Cependant, on peut d’ores et déjà constater que les ventes d’engrais (livraison OCP) ont augmenté en 2012 et 2013. De même que des petits agriculteurs ont mis en évidence les bénéfices qu’ils ont tirés de ces formations, confirmés par des enquêtes de satisfaction (questions-réponses) effectuées à la fin des journées.