La Caisse d’épargne crée une filiale dédiée à  l’expertise immobilière

Dotée d’un capital de 10 MDH, c’est la deuxième filiale du groupe français au Maroc.
Le marché est porteur avec l’entrée en vigueur des normes de Bà¢le II.

La Caisse d’épargne française poursuit son offensive sur le secteur immobilier au Maroc. Après avoir créé, en mai 2007, le Groupe caisse d’épargne Maroc immobilier (GCEMI), une entité de promotion et de gestion de patrimoine immobilier dotée d’un capital de 350 MDH, le cinquième groupe bancaire hexagonal (en total bilan) vient de lancer une deuxième filiale marocaine dédiée aux métiers de services immobiliers.

Le Groupe caisse d’épargne services et conseil à l’immobilier (GCESCI), dont le capital de démarrage a été fixé à 10 MDH, interviendra essentiellement dans l’expertise immobilière. Le choix de ce créneau est loin d’être anodin puisque les banques marocaines sont de plus en plus consommatrices d’expertises immobilières. Une tendance qui trouve essentiellement son explication dans deux facteurs.

Le CIH en sera le premier partenaire et client
D’une part, Bank Al Maghrib serre la vis pour une meilleure application de la circulaire N°19 relative à la classification des créances et à leur couverture par les provisions, notamment son article 19 qui soumet la prise en compte d’une hypothèque supérieure à un million de DH dans la détermination des provisions à une expertise rigoureuse.

Cet article stipule, en effet, que «les hypothèques dont le montant est égal ou supérieur à un million de DH ne sont prises en compte que si le bien hypothéqué a fait l’objet d’une évaluation récente, effectuée en bonne et due forme par l’établissement de crédit ou, à sa demande, par un expert qualifié, et qu’il est libre de toute autre servitude».

D’autre part, l’entrée en vigueur, à partir de 2009, des règles de Bâle II impose aux établissements bancaires de systématiser les expertises avant l’octroi de crédits au logement, sachant que le nombre de dossiers financés annuellement par le système bancaire dépasse largement les 100 000 et que la demande potentielle est prometteuse.

Evidemment, le CIH, dont le Groupe caisse d’épargne contrôle indirectement 23,4%, sera un des premiers partenaires et clients de GCESCI. Notons que deux banques marocaines s’apprêtent aussi à investir ce créneau par l’entremise de filiales dédiées.