La BCP regroupe ses activités de banque d’investissement au sein d’Upline

50,1% du capital d’Upline Group vont en contrepartie à  la BCP
10 milliards d’actifs sous gestion et 16% de parts de marché des volumes échangés en Bourse pour l’entité issue du partenariat.

Il aura fallu plusieurs mois pour que le deal soit finalisé. Le rapprochement initié entre la Banque centrale populaire et la banque d’affaires indépendante Upline Group, annoncé, en première, par La Vie éco le 31 août, et présenté, jusqu’au dernier moment comme susceptible de ne pas avoir lieu, vient enfin d’être dévoilé.

Mardi 4 novembre, Mohammed Benchaâboun, président directeur général de la BCP, et Hassan Aït Ali, actionnaire fondateur d’Upline Group, en faisaient conjointement l’annonce officielle, près d’une semaine après la signature du protocole d’accord.

Quels sont les détails de cette opération ? La transaction prend la forme d’une prise de participation de BCP, à hauteur de 50,1%, dans le capital d’Upline Group, par apport d’actifs.

Le rapprochement a donné lieu à un montage particulier qui a pour intérêt d’éviter aux deux parties un commissariat aux apports. C’est d’abord une augmentation du capital social d’Upline Group qui va être opérée et réservée à la BCP.

Cette dernière regroupera par la suite, sous la coupe d’Upline Group, certaines de ses participations dans les filiales opérant dans les métiers de la banque d’investissement. Dans le détail, il s’agit de la totalité du capital de la société de gestion d’actifs Al Istitmar Chaabi, de 70% de l’intermédiaire boursier Al Wassit et de 40% de la banque privée Mediafinance.

Le pacte d’actionnaires court sur 10 ans
En chiffres, l’opération porte sur quelque 400 millions de DH. Ce montant correspond à l’augmentation de capital, qui servira au final à financer les prises de participation d’Upline Group dans les filiales banque d’investissement de la BCP.

Upline Group, qui était capitalisée jusqu’alors à plus de 100 millions de DH, se retrouvera à l’issue de cette opération avec un total fonds propres de 500 millions de DH. A noter qu’au passage il sera procédé à la cession des parts de l’un des actionnaires minoritaires d’Upline Group.

Il s’agit de la famille jordanienne Omar Masri, entrée au capital de la banque d’affaires en 1995 et détentrice jusqu’alors de 9% des parts. A noter que le bouclage de l’opération ne devrait intervenir que vers fin janvier 2009. Dans l’intervalle, il sera procédé à la publication d’un décret autorisant la prise de participation, la BCP étant une banque étatique.

Au-delà, l’entité à naître comptera comme un acteur de poids sur le marché financier marocain avec plus de 16% de parts de marché du volume échangé en Bourse, 10 milliards d’actifs sous gestion, un chiffre d’affaires et un résultat net projetés à l’horion 2012 respectivement de 520 et 180 MDH.

C’est que la future holding ratissera large avec ses 14 filiales et participations exerçant dans l’intermédiation boursière, l’analyse et la recherche, le conseil et l’ingénierie financière, la gestion de fonds, le capital investissement et la banque privée. Signe avant-coureur, on annonce déjà la mise en place d’un site de courtage en ligne au 1er trimestre 2009.

La concrétisation du potentiel de la future holding demeure toutefois conditionnée par le déploiement des possibilités de synergie. Pour forcer le destin, les parties ont signé un pacte d’actionnaires qui court sur 10 ans.

Entre autres clauses, ce pacte octroie à l’équipe dirigeante un mandat d’au moins 6 ans et une représentativité au conseil d’administration. Dans le même ordre d’idées, et selon les termes du pacte, les signataires s’engagent à maintenir inchangées les participations des actionnaires pendant 4 ans. Enfin, et toujours selon le pacte d’actionnaires, la présidence du conseil d’administration d’Upline est confiée au président de la BCP.

Du côté d’Upline Group, le rapprochement avec la BCP rend la sanction du CDVM (retrait de l’agrément de dépositaire espèces et titres) sans effet, les filiales de la BCP disposant d’un agrément. Reste que l’entrée de BCP dans le capital de la holding est interprétée comme une perte d’indépendance.

Aucunement, rétorque M. Aït Ali : «Certes, capitalistiquement la domination est du côté de BCP, mais des accords ont été conclus pour conserver notre indépendance en termes de gestion».

Pour sa part, la BCP s’allie à un groupe en pleine santé. Le taux de croissance annuel moyen d’Upline Group de 2005 à 2007 s’établit à 233% .