Inscription au «Haj» 2007 : la nouvelle procédure connaît ses premiers couacs

– Les listes clôturées le 10 avril et le tirage au sort prévu le 20 avril
– Selon les professionnels du voyage, les Marocains ne se sont pas bousculés pour s’inscrire.

Les inscriptions pour le prochain pèlerinage sont closes depuis le 10 avril courant, soit plus de six mois avant le départ. Cette année, les candidats au Haj ont dû suivre une nouvelle procédure. Nouveauté : l’obligation de s’inscrire auprès de l’arrondissement le plus proche en mentionnant son choix entre les services d’une agence de voyages ou ceux du ministère des habous et des affaires islamiques. Une fois inscrits, les candidats reçoivent un reçu et leur numéro d’ordre saisi sur ordinateur au niveau des préfectures. Les préfectures et arrondissements procéderont le 20 avril au tirage au sort pour choisir les 32 000 pèlerins, quota annuel accordé au Maroc par les autorités saoudiennes.

Une volonté de démocratisation de portée limitée pour des raisons financières

Le système paraît simple mais risque de connaître des couacs pour plusieurs raisons. D’abord, les Marocains n’ont pas l’habitude de planifier longtemps à l’avance leurs voyages, que ce soit pour de simples vacances ou pour la omra et le Haj. En effet, les budgets de voyage étant souvent limités, ils doivent souvent procéder jusqu’à la dernière minute à des arbitrages entre différentes dépenses. De plus, contrairement aux agences de voyages agréées qui accordent des facilités de paiement (acompte d’un tiers de la somme après le tirage au sort, le reliquat étant étalé jusqu’au dernier mois précédant le voyage), le ministère des habous exige le paiement de la totalité des frais de voyage, soit 24 500 DH, dans un délai maximum de 15 jours à compter du tirage au sort. Comme la majorité des Marocains qui accomplissent ce devoir religieux le font au prix de grands sacrifices, il y aura forcément des désistements parmi ceux qui seront retenus à l’issue du tirage au sort, faute d’avoir pu réunir la somme nécessaire.
Finalement, la volonté des pouvoirs publics de démocratiser le départ pour le Haj en exigeant du candidat une déclaration sur l’honneur attestant qu’il n’a pas accompli ce devoir au cours des dix dernières années risque donc d’avoir une portée limitée, voire nulle, en raison de l’inévitable contrainte financière. Du reste, s’il est encore trop tôt pour connaître le nombre d’inscrits avant le tirage au sort qui est prévu normalement pour le 20 avril, certains professionnels du voyage croient savoir qu’il n’y a pas eu de course aux inscriptions. On se demande dans ce milieu si le ministère des habous et des affaires islamiques ne va pas, au vu du nombre d’inscrits, rouvrir de nouveau les registres.