Ingema absorbe Scet-Scom

La nouvelle entité a ravi la première place du secteur au CID.
CDG développement détient 95%
du capital de la nouvelle entité.
Ingema pourrait être introduit en Bourse d’ici 2012.

Annoncé depuis plusieurs mois, le rapprochement entre Scet-Scom et Ingema, deux cabinets d’ingénierie appartenant au groupe Caisse de dépôt et de gestion (CDG) a enfin été concrétisé. Cette opération érige la société absorbante, en l’occurrence Ingema, au rang de nouveau leader marocain du secteur de l’ingénierie en génie civil avec un chiffre d’affaires 2008 cumulé qui dépasse légèrement la barre des 200 MDH.
L’entité fusionnée a été valorisée par les banques d’affaires ayant accompagné la fusion à plus de 611 MDH. Aussi, pour rémunérer l’apport de l’actif net de l’absorbé qui a été évalué à 411 MDH, Ingema a hissé son capital de 10 MDH à 20,65 MDH, outre une prime de fusion de 390,8 MDH qui est venue renforcer ses fonds propres. CDG Développement, maison mère à 100% de Scet- Scom, l’entité absorbée, est ainsi rétribuée en actions nouvelles Ingema qui lui permettent d’en porter le contrôle de 85% à 95%, le reste demeure toujours détenu par des personnes physiques dont le management. Il est à rappeler qu’Ingema a été arrimée au groupe CDG en deux temps entre 2005 et 2007 et ce, par des acquisitions successives auprès du belge Tractabel Ingeneering et d’investisseurs marocains. Quant à Scet-Scom, il est né du regroupement en 2004 des deux filiales du groupe CDG, Scet Maroc, dont la création remonte à 1958, et Scom, anciennement affiliée à la CGI.

Un chiffre d’affaires de 200 MDH en 2008 et plus de 350 employés
Le nouveau Ingema compte désormais plus de 350 employés dont près de 150 ingénieurs. L’effet de complémentarité le positionne sur l’ensemble des filières d’ingénierie, de l’infrastructure de transport aux aménagements hydroélectriques et urbains en passant par les études d’environnement et les ouvrages d’art. Dans un marché marocain de l’ingénierie des plus éclatés qui compte environ 600 opérateurs et emploie près de 6 000 personnes, dont 30% d’ingénieurs et 45% de techniciens, Ingema fait donc figure de géant. Il est au coude à coude avec l’ex-numéro un, le CID, dont le capital est également contrôlé par des organismes étatiques, qui revendique un chiffre d’affaires (2008) de 196 MDH.
Grâce aux effets de synergies, la maison mère CDG Développement vise une amélioration sensible des marges du nouveau leader qui pourrait, selon des sources bien informées, être introduit en Bourse à l’horizon 2011 ou 2012. Pour un meilleur attrait, Ingema devra améliorer deux axes majeurs : une présence plus agressive à l’export, notamment en Afrique, et une moindre dépendance de son business vis-à-vis de sa maison mère, un des premiers donneurs d’ordre en ingénierie au Maroc à travers des filiales  comme la CGI et Med-Z.