Industrie de la conserve : la reprise s’annonce

Les exportations de produits végétaux transformés ont affiché en 2016 un chiffre d’affaires avoisinant les 4 milliards de DH pour un volume de 229 500 t. Le contrat-programme de l’industrie agroalimentaire et les bonnes performances de la campagne 2016-2017 laissent présager une reprise durant cette année.

«Dans l’ensemble le secteur se maintient alors que certaines de ses composantes connaissent quelques difficultés, comme les olives sur les marchés russe et saoudien, les jus et les dérivés de la tomate à cause des importations à bas prix». Tel est le tableau en demi-teinte que dresse la Fédération interprofessionnelle de la conserve des produits agricoles (FICOPAM). D’après ses chiffres, les exportations de produits végétaux transformés totalisent un chiffre d’affaires d’environ 4 milliards de DH pour un volume de 229 500 t.

Par sous-secteur, les exportations de l’huile d’olive et les olives de table ont tous les deux connu une année 2016 difficile. Le premier a chuté de 37% en valeur, à 536,9 MDH, tandis que le second a essuyé une régression de 7%.

L’année 2016 a été également difficile pour le sous-secteur des jus qui a vu son chiffre d’affaires à l’export baisser de 37% par rapport à 2015, à 38,7 MDH pour un volume de 5452 t, en recul de 38%. Pareil pour le sous-secteur câpres et cornichons qui a, de son côté, chuté de 31,2%, à 327 MDH, pour un volume de 17362 t.

Même trajectoire pour les conserves de légumes dont le chiffre d’affaires à l’export a reculé de 24%, à 205,4 MDH en 2016, tandis que la production s’est contractée de 33%, à 11 218 t.

Le secteur dégage une valeur ajoutée de 800 MDH

Après cette année compliquée, les professionnels espèrent une reprise. «L’année 2017 a démarré sous de bons auspices suite à la signature du contrat-programme du gouvernement avec les professionnels de l’industrie agroalimentaire et les bonnes performances de la campagne agricole 2016-2017», souligne une source au sein de la direction de la Ficopam.

Le contrat programme prévoit dans la filière des fruits et légumes transformés l’installation de 43 nouvelles unités de transformation de produits à forte valeur ajoutée, l’exportation de 45 000 tonnes supplémentaires de produits à forte valeur ajoutée, de 45000 tonnes supplémentaires d’olives de table et 25 000 tonnes supplémentaires d’abricots en conserve. Pour l’huile d’olive, il s’agit de moderniser 75 unités de trituration et de certifier 25 entreprises du secteur.

«Actuellement, les travaux préparatifs des textes d’application pour démarrer la mise en œuvre du contrat sont en cours. Ils devraient aboutir courant juillet», poursuit notre source.
Outre ce contrat-programme ambitieux, les professionnels revendiquent une série de mesures. Il s’agit entre autres des mesures anti-dumping pour contrer les importations à prix bradés, la lutte contre l’informel ainsi que le renforcement des mécanismes d’accompagnement des opérateurs sur les nouveaux marchés. L’arrêt de la convergence réglementaire avec l’Union européenne figure également parmi les doléances de la Ficopam.

Notons enfin que l’industrie de la conserve des produits agricoles emploie 8 200 personnes et rapporte à l’économie une valeur ajoutée de 800 MDH.