Immobilier Maroc : Rabat et Marrakech moins chères

Bank Al-Maghrib attribue la progression de l’indice des prix des actifs immobiliers à  la baisse de 1,6% des prix des locaux commerciaux ainsi qu’à  la hausse de 0,4% de ceux du foncier.

Tendance mitigée du secteur de l’immobilier. Le résidentiel et le commercial ont vu leurs prix se replier au premier trimestre de l’année, au moment où les terrains ont connu un accroissement de leurs valeurs. Le constat a été établi par Bank Al-Maghrib qui vient de mesurer l’évolution du marché à fin mars 2015. Il ressort de son analyse une légère hausse de l’indice des prix des actifs immobiliers aussi bien en glissement trimestriel qu’annuel. La banque centrale attribue cette progression à la diminution de 1,6% des prix des actifs à usage commercial ainsi qu’à la hausse de 0,4% de ceux du foncier. En parallèle, Bank Al-Maghrib souligne, dans sa dernière publication, que le prix des biens résidentiels n’a pas connu de variation significative. 

En outre, la tendance du marché immobilier par ville démontre une forte hausse des prix des actifs immobiliers à Agadir. La capitale du Souss a affiché une hausse de 2,1% par rapport au même trimestre de l’année précédente. Par catégorie de biens, l’indice des prix des bureaux à Agadir a enregistré une hausse de 53,9% par rapport au premier trimestre 2014. Il en est de même pour les terrains urbains dont l’indice de prix a connu une progression de 9,9% d’une année à l’autre. Sur l’échelle des plus fortes hausses, Kénitra arrive en seconde position atteignant ainsi une hausse de 1,4% des prix des actifs immobiliers. Une augmentation qui couvre la baisse des prix des appartements (-2,3%), des maisons (-1%) et bureau (-9,3%).

En revanche, la valeur des terrains urbains à Kénitra s’est accrue pour la même période de 16,4%. Ces ventilations haussières, découlant principalement de la hausse des prix des terrains, positionnent la ville de Fès au top 3 des villes où les prix des actifs immobiliers se sont nettement accrus. La hausse est évaluée à 1,1% à fin mars 2015. Cependant, Rabat a connu un important repli des prix. Comparée au même trimestre 2014, la valeur des actifs immobiliers dans la capitale administrative s’est inscrite en baisse de 6,5%. Il en est de même pour Marrakech où les prix ont chuté de 4,1% en une année. Bank Al-Maghrib associe cette baisse à la diminution des prix des appartements. En termes de transactions, une baisse de 27,4% a été observée au niveau d’Agadir contre 21,3% à Marrakech.

Casablanca, Oujda et Meknès ont vu les ventes de biens immobiliers se replier respectivement de 18,5, 16,4 et 14% au premier trimestre de l’année. «D’un trimestre à l’autre, les prix se sont accrus de 5,5% à El Jadida et de 1,4% à Fès et à Kenitra. A l’inverse, les baisses ont été comprises entre 0,9% à Tanger et 2,9% à Rabat», relève-t-on de la publication de Bank Al-Maghrib. Et de préciser que «le volume de transactions a enregistré sur la même période des baisses à Kénitra (26,7%), Tanger (17,9%), Marrakech (13,3%) et Casablanca (11,8%)». El Jadida est la seule ville à avoir affiché, en glissement trimestriel, une hausse des transactions évaluée à 9,1%. Notons que le volume des transactions s’est par ailleurs amélioré de 7,4% par rapport au même trimestre de l’année précédente. Le résidentiel a affiché dans ce sens une progression de 8,8% contre une hausse de 7% pour les biens à usage commercial et de 2,5% pour le foncier.