Immobilier : Les promoteurs réfutent l’existence d’une crise

« La demande est manifestée et exprimée pour tous les segments. Si problème il y a, il réside au niveau du financement », a affirmé Taoufik Kamil, président de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI).

«Le secteur immobilier n’est pas en crise. La demande est manifestée et exprimée pour tous les segments. Si problème il y a, il réside au niveau du financement», a affirmé Taoufik Kamil, président de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI), lors d’une conférence de presse tenue dans son nouveau siège à Casablanca. De leur côté, les prix sont en quasi-stagnation depuis quelque temps parce qu’ils ont consommé tout leur potentiel baissier. M.Kamil prévoit même une prochaine augmentation des prix des logements qui seront construits. Cela ne sera pas la conséquence d’un quelconque changement de conjoncture, mais plutôt de la répercussion de l’accroissement du coût de nombre d’éléments, sur le prix de vente final. Allusion faite à «l’augmentation des droits des régies d’eau et d’électricité dont notamment la Lydec ainsi que ceux de la conservation foncière. A cela, il faut ajouter la hausse des prix du foncier, des matériaux de construction, de la main-d’œuvre…». La FNPI a profité de l’occasion pour présenter ses propositions phares pour la relance du secteur immobilier, tout en mettant l’accent sur les dysfonctionnements du secteur et des problèmes que rencontre la profession tant à l’intérieur, comme la concurrence déloyale, la prolifération des amicales d’habitation créées sans servir son objectif primordial, l’image écornée du promoteur immobilier, qu’à l’extérieur. A ce niveau, elle pointe du doigt nombre de difficultés relatives, entre autres, à l’absence de concertation au niveau des plans d’aménagement, l’obligation de développer des équipements publics et privés…