Marché de l’immobilier : une panoplie de produits bancaires pour les MRE

Un achat peut être financé à 100% du montant de l’investissement sur une durée de 25 ans maximum, en fonction de l’âge de l’emprunteur. Les banques proposent un service à distance pour le dépôt d’un dossier de prêt à partir du pays d’origine.

Les Marocains résidant à l’étranger ont depuis toujours redonné du souffle au marché de l’immobilier marocain en investissant dans différentes villes du Royaume. Même si ce rythme d’investissement est moins soutenu depuis quelques années, à en croire les agents immobiliers approchés, cette clientèle constitue un marché de taille pour les promoteurs et pour les banques. Des formules adaptées aux besoins de cette communauté sont offertes, que ce soit pour l’acquisition d’un logement principal ou secondaire, neuf ou ancien, la construction, l’extension ou l’aménagement d’un logement, l’achat d’un terrain avec construction d’un logement, ou encore le rachat de crédits en cours auprès d’une autre banque. Bref, tout le monde est censé trouver son compte dans l’une des formules disponibles. A quelques différences près, elles présentent plusieurs avantages en commun, à savoir la possibilité de souscrire à un emprunt au taux d’intérêt fixe ou variable, avec un terme allant jusqu’à 20 ou 25 ans.

La quotité de financement va parfois jusqu’à 80 %, voire 100%. Il est par ailleurs utile de noter que dans l’optique de faciliter la demande de crédit des MRE, certaines banques proposent un service à distance qui permet de déposer la demande de prêt dans leur pays de résidence actuel. Toutes les formalités sont prises en charge par la banque au Maroc. En parallèle, les banques proposent quasiment toutes la possibilité de bénéficier d’un différé de remboursement allant de 3 à 18 mois (La durée diffère d’une banque à l’autre), voire de suspendre momentanément les remboursements.

La construction peut aussi être financée

BMCE Bank propose la formule «Salaf Dari», destinée aux clients salariés, indépendants, chefs d’entreprise, pensionnaires ou retraités. Désirant un financement de leur projet immobilier seuls ou avec leurs conjoints, quelle que soit leur nationalité (pour les conjoints étrangers non résidents, le financement se fait jusqu’à 70% de leur quote-part). Le crédit est assorti d’un taux d’intérêt variant de 4,5% à 4,9%, pour une durée pouvant aller jusqu’à 25 ans.
La Société Générale offre, quant à elle, la formule «Salaf Bayti», un prêt allant jusqu’à 100% de la valeur déclarée du bien et jusqu’à 70% pour l’acquisition d’un terrain seul. Sur une durée maximum 20 ans pour l’acquisition d’une résidence principale et de 10 ans pour l’acquisition d’un terrain seul. Les frais de dossier se montent à 0,6% du montant du prêt, avec un minimum de 800 DH HT et un maximum de 4000 DH HT (avec 500 DH HT en sus en cas de dossier avec caution).

Attijariwafa bank a, pour sa part, conçu le crédit Miftah Bila Houdoud qui couvre jusqu’à 100% de la valeur du bien.
BMCI propose dans son pack crédit habitat jusqu’à 3 mois de report d’échéances, répartis sur une ou plusieurs périodes, pendant toute la durée du crédit. Bien entendu, la demande de report doit être déposée 30 jours avant la date de l’échéance à reporter.

Le souscripteur peut aussi bénéficier d’un montant allant jusqu’à 100% de la valeur déclarée pour un logement neuf ou ancien. En cas de gros travaux de réparation, d’aménagements ou d’acquisition de terrain destiné à la construction de résidence, le montant peut atteindre 80% du coût total. La durée de remboursement se fera dans une échéance de 12 mois à 25 ans pour l’acquisition d’un logement neuf, ancien ou achat de terrain avec construction à usage non commercial. De 12 mois à 7 ans pour l’acquisition d’un terrain seul à usage non commercial. Les frais de dossier TTC sont fixés à 0,35% du montant du prêt, avec un minimum de 3 000 DH et un maximum de 6 000 DH.

CIH Bank, elle, propose cinq packs aux MRE. Le Pack «Iskane acquisition logement neuf ou ancien», le crédit qui finance jusqu’à 80 % du coût global du futur logement (1,5 MDH maximum), sur une période pouvant aller jusqu’à 25 ans. Le pack «Iskane Ard» pour acquérir un terrain en zone urbaine, à hauteur de 75 % de l’estimation du terrain, à la limite de 1,5 MDH, sur une période de remboursement maximale de 7 ans. «Iskane El Hana» est dédié à l’acquisition d’une villa économique. L’emprunteur peut bénéficier d’une quotité de financement à concurrence de 80 % du prix de vente (1 MDH maximum), sur une période pouvant aller jusqu’à 25 ans. «Iskane Raha» permet de financer l’acquisition du terrain et des constructions en un seul crédi pouvant aller jusqu’à 25 ans.
Enfin, «Iskane Tabdil» est un crédit relais logement mis en place dans l’attente de la vente du 1er logement. Il permet de bénéficier d’un financement pouvant atteindre 100 % du prix de vente du logement à acquérir.

Pour souscrire à l’un de ces produits, le client devra évidemment préparer un dossier de crédit qui doit comporter des pièces selon sa profession. Le salarié devra fournir une photocopie CIN, une photocopie justificative de résidence, une attestation de travail, un dernier avis d’imposition, 3 derniers relevés de compte à l’étranger et 3 derniers bulletins de salaire. Le commerçant/profession libérale devra, pour sa part, fournir une copie justificative de résidence, un extrait du registre de commerce, une carte professionnelle, les deux derniers bilans, sa situation patrimoniale ou sa surface financière, le dernier avis d’imposition ou équivalent et 6 derniers relevés de comptes personnels et professionnels à l’étranger.
Enfin, pour les retraités et autres activités, en plus de la CIN et du justificatif de résidence, ils devront présenter des justificatifs de revenus (rente, retraite, contrat de location, situation patrimoniale) ou déclaration sur l’honneur des revenus signée et légalisée par le consulat du pays de résidence et leurs 6 derniers relevés à l’étranger.

A Lire aussi :  Immobilier/MRE: les conseils de Abdelmajid Bargach, notaire

A Lire aussi :  Smap Paris: le regard des professionnels de la finance participative